1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections régionales 2015 en Île-de-France : attaqué par la droite, Claude Bartolone porte plainte pour diffamation
1 min de lecture

Élections régionales 2015 en Île-de-France : attaqué par la droite, Claude Bartolone porte plainte pour diffamation

La tête de liste PS pour les régionales en Île-de-France avait été accusée par Valérie Pécresse et son porte-parole Geoffroy Didier de s'inspirer du penseur controversé Tariq Ramadan.

Claude Bartolone
Claude Bartolone
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Tout est parti d'une interview de Claude Bartolone sur Radio J dans laquelle le candidat PS aux régionales en Île-de-France déclare qu'il y a "une phrase" qu'il a "toujours en tête" et lui sert de "boussole dans mon engagement politique". Il détaille les propos de Tariq Ramadan, l'islamologue controversé qui tenait le discours suivant sur les enfants d'immigrés en France : "Vous ne serez plus jamais Sénégalais, Marocains, Algériens, Tunisiens, Égyptiens mais vous ne serez jamais Français donc vous êtes musulmans."

Il n'en faut pas moins pour la candidate des Républicains, Valérie Pécresse et son porte-parole Geoffroy Didier montent au créneau et attaquent Claude Bartolone sur ces propos, en les reprenant partiellement sur Twitter.

Les critiques de l'état-major des Républicains vis-à-vis du candidat socialiste ne sont pas forcément fondées. Loin de reprendre à son compte les propos de Tariq Ramadan, le candidat PS alerte sur les fondements et l'écho que trouve ce discours dans des quartiers où il existe "une discrimination à l'embauche" et où "le chômage est deux fois plus élevé".

Plainte pour diffamation

Face à la campagne de critique dont il a fait l'objet sur les réseaux sociaux, Claude Bartolone a annoncé qu'il allait porter plainte pour diffamation lundi 26 octobre, notamment contre Geoffroy Didier, l'un des fondateurs du courant "La droite forte".

À écouter aussi

Malmené dans les sondages, le candidat socialiste a enfin l'occasion de répliquer alors que les dernières semaines ont été houleuses pour lui. Il est ciblé par une enquête préliminaire du parquet de Bobigny pour une affaire d'emploi fictif, après un rapport compromettant de la Cour des comptes. Le 20 octobre dernier, c'est un enregistrement de Julien Dray qui accablait le président de l'Assemblée nationale.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/