1 min de lecture François Hollande

Écoutes de Sarkozy : Hollande se pose en garant d'une justice "incontestable"

Lors de sa première intervention publique sur les écoutes téléphoniques de Nicolas Sarkozy, François Hollande a tenté de se poser en garant d'une justice "incontestable".

François Hollande, le 14 mars 2014.
François Hollande, le 14 mars 2014. Crédit : JACQUES DEMARTHON / POOL / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

François Hollande s'est posé en garant d'une justice "incontestable", ce samedi 15 mars. Le président de la République s'exprimait pour la première fois publiquement sur l'affaire des écoutes visant Nicolas Sarkozy et la situation de Christiane Taubira, fragilisée par des déclarations contradictoires.

"La justice passera et je dois faire en sorte qu'elle puisse être incontestable parce qu'elle ne peut pas être contestée", a déclaré le chef de l’État au côté de Matteo Renzi, le nouveau président du Conseil italien, lors d'un point de presse commun à l’Élysée. François Hollande a toutefois éludé les questions sur la date à laquelle il avait pris connaissance de ces écoutes, sur sa connaissance de leur contenu ou sur le renouvellement de sa confiance à la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Informée le 26 février par le parquet général de l'existence d'écoutes visant l'ancien président, la garde des Sceaux avait d'abord assuré lundi qu'elle en avait appris l'existence le 7 mars dans la presse, avant d'être corrigée le lendemain par le Premier ministre en personne, qui avait alors assuré être au courant des écoutes mais pas de leur contenu.

L'indépendance de la justice défendue par Hollande

"Ma responsabilité, comme chef de l’État, c'est d'assurer l'indépendance de la justice", un "principe fondamental", a insisté François Hollande, rappelant que cette indépendance était "fondée sur trois principes". Le premier est "la séparation des pouvoirs, c'est-à-dire le fait que l'exécutif n'intervienne pas sur le judiciaire", a-t-il énuméré, assurant qu'il "y veill(ait) tout particulièrement" avec un "changement des pratiques".

À lire aussi
François Hollande et Valérie Trierweiler, le 5 décembre 2011 Présidentielle 2022
"Hollande veut prendre sa revanche sur Macron", estime Trierweiler

"Le second principe, c'est le respect des droits de la défense", a-t-il poursuivi, rappelant qu'il recevra la semaine prochaine "les avocats qui, à un moment, ont pu s'interroger sur des écoutes qui ont été décidées par la justice et par la justice seule". "Et le troisième principe, c'est la présomption d'innocence", a-t-il dit, notant qu'il y avait "des affaires, des noms qui sont cités, des procédures qui sont en cours" mais qu'il ne lui "appart(enait) pas de les qualifier".

>
François Hollande s'est exprimé pour la première fois sur l'affaire des écoutes Crédit Image : RTL | Crédit Média : Béatrice Hadjaje / Philippe Robuchon | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Nicolas Sarkozy Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770480321
Écoutes de Sarkozy : Hollande se pose en garant d'une justice "incontestable"
Écoutes de Sarkozy : Hollande se pose en garant d'une justice "incontestable"
Lors de sa première intervention publique sur les écoutes téléphoniques de Nicolas Sarkozy, François Hollande a tenté de se poser en garant d'une justice "incontestable".
https://www.rtl.fr/actu/politique/ecoutes-de-sarkozy-hollande-se-pose-en-garant-d-une-justice-incontestable-7770480321
2014-03-15 17:19:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/-AlD60bN3ny0kGcZ70kDXg/330v220-2/online/image/2014/0315/7770480254_francois-hollande-le-14-mars-2014.jpg