1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Écoutes de Sarkozy : Guaino dénonce "une ivresse de la toute-puissance" chez les juges
2 min de lecture

Écoutes de Sarkozy : Guaino dénonce "une ivresse de la toute-puissance" chez les juges

INVITÉ RTL - L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy charge une nouvelle fois la justice française alors que la Cour d'appel de Paris a confirmé la validité des écoutes entre Nicolas Sarkozy et son avocat.

Henri Guaino, invité de RTL, le 8 mai 2015
Henri Guaino, invité de RTL, le 8 mai 2015
Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
Henri Guaino : "Il y a parfois une ivresse de la toute-puissance chez les juges"
09:45
Henri Guaino : "Il y a parfois une ivresse de la toute-puissance chez les juges"
09:36
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Henri Guaino ne porte décidément pas la justice française dans son coeur. "Je ne vais pas reprendre la longue litanie des critiques que j'adresse au fonctionnement de la justice", a-t-il commenté alors que la cour d'appel de Paris a confirmé la validé des écoutes entre Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierry Herzog. "Je ne trouve pas anormal que les juges aient les moyens de placer des gens sur écoute. Encore faut-il quand on leur donne ce genre de pouvoir, qu'ils l'utilisent avec beaucoup de retenue et de responsabilités", a-t-il déclaré. 

Une retenue absente de ce dossier, selon les dires du député des Yvelines. "Ce n'est pas ce qui a été fait dans cette affaire et je suis toujours étonné de voir la retranscription des écoutes dans la presse", a-t-il enchaîné regrettant notamment des "motivations politiques". "Il y a une ivresse de la toute-puissance et une forme d'irresponsabilité de la part de certains juges qui, ayant légalement le pouvoir de certains actes, les font sans retenue", a expliqué l'ancienne plume du chef de l'État qui évoque une "justice spectacle". 

Le juge a les moyens de détruire l'honorabilité des gens

Henri Guaino

Et s'il rappelle que Nicolas Sarkozy n'est pas condamné, Henri Guaino déplore que "le juge a les moyens de détruire l'honorabilité des gens". "Cela doit être accompli avec un grand sens des responsabilités", a-t-il déclaré. La chambre d'instruction de la Cour d'appel a validé jeudi les écoutes téléphoniques qui ont entraîné la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour corruption et trafic d'influence, l'ancien président étant soupçonné d'avoir envisagé de corrompre un haut magistrat. Nicolas Sarkozy s'est pourvu en cassation immédiatement. 

Ces attaques contre la magistrature sont récurrentes pour l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. En 2013, il avait notamment vivement attaqué le juge Gentil déclarant notamment que le magistrat avait "salit la France". Des propos qui lui avait valu une plainte du principal intéressé et des poursuites judiciaires pour outrage à magistrat avant une relaxe prononcée le 27 novembre dernier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/