1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Échec du dialogue social : Rebsamen affirme qu'il y aura une loi
1 min de lecture

Échec du dialogue social : Rebsamen affirme qu'il y aura une loi

Après l'échec des négociations entre syndicats et patronat, le ministre du Travail maintient qu'une loi réformera le dialogue social dans l'entreprise.

Le ministre du Travail François Rebsamen lors des questions au gouvernement, le 28 janvier 2015 à l'Assemblée nationale.
Le ministre du Travail François Rebsamen lors des questions au gouvernement, le 28 janvier 2015 à l'Assemblée nationale.
Crédit : JOEL SAGET / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le ministre du Travail François Rebsamen a réaffirmé ce jeudi 29 janvier qu'il y aurait bien une loi réformant le dialogue social dans l'entreprise après l'échec des négociations entre patronat et syndicats, tout en restant flou sur le calendrier.

"Je veux être clair : il y aura bien une réforme, et cette réforme nécessitera une loi", a affirmé le ministre. "Quelle forme prendra cette loi, et quand viendra-t-elle ? Laissez-moi d'abord rencontrer (ce que j'ai commencé à faire) l'ensemble des partenaires sociaux", a-t-il ajouté, alors que plusieurs syndicats, FO et la CFE-CGC, ont plaidé ces derniers jours pour le statu quo.

Il y aura bien une réforme, et cette réforme nécessitera une loi.

François Rebsamen

En recevant les organisations patronales et syndicales cette semaine et la suivante, François Rebsamen entend "voir leur propre analyse des conditions de l'échec, des raisons de l'échec" et ensuite "présenter des propositions d'action au Premier ministre", qui lui, réunira les partenaires sociaux le 19 février.

Pas d'accord, mais de bons "plateaux-repas"

Quant aux critiques sur la méthode de négociation (séances de nuit, texte rédigé par le patronat, réunions au Medef...), qui ont été ravivées après l'échec, le ministre du Travail dit laisser aux partenaires sociaux le soin de décider d'éventuels changements.

À lire aussi

Mais sur le lieu de négociation notamment, il a mis en avant le fait que certains syndicats avaient "fait savoir qu'ils n'étaient pas si mal traités que cela au Medef", citant les moyens mais aussi les "plateaux-repas".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/