1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. DSK : "Les Français regrettent l'expert en économie", estime Alba Ventura
3 min de lecture

DSK : "Les Français regrettent l'expert en économie", estime Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - La journaliste décrypte les enseignements d'un sondage qui place Dominique Strauss-Kahn sur la liste des meilleurs candidats de la gauche pour 2017.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Alba Ventura
Dominique Strauss-Khan : "Les Français regrettent l'expert en économie", estime Alba Ventura
03:34
Alba Ventura

C'est le sondage qui crée la surprise. Selon une étude de Viavoice pour Libération, parue jeudi 2 juillet, Dominique Strauss-Kahn arrive deuxième - derrière Manuel Valls - comme meilleur candidat de la gauche en 2017. Y a-t-il une réelle envie d'un retour de DSK ? En fait, l'ancien directeur du Fonds monétaire international n'est pas tellement le sujet de ce sondage. Le sujet en réalité, c'est François Hollande.

Ce que dit ce sondage, c'est qu'il y a surtout chez les Français une réelle envie de ne pas avoir François Hollande comme candidat. DSK est considéré comme un "bon candidat" par 37% des sondés, contre 23% pour l'actuel chef de l'État.

Si on regarde du côté des sympathisants de gauche, qui ne plébiscitent pas vraiment Dominique Strauss-Kahn (il arrive en cinquième position), on observe que le président de la République est relégué derrière Manuel Valls, derrière Martine Aubry et il fait jeu égal avec Ségolène Royal.

Une option "exotique"

Ce sondage montre à la fois l'absence de leadership à gauche et l'absence de résultat, incarnées par un François Hollande incapable d'inverser la courbe du chômage. Ce sondage, en réalité, est plus révélateur d'un rejet que d'une envie.

À lire aussi

Pourquoi, lorsque l'on teste Dominique Strauss-Kahn, il apparaît comme une option, une hypothèse ? Parce que cela fait des mois que, dans les sondages, on présente aux Français une bataille qui se jouera entre François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, avec un final entre Hollande et Sarkozy. On l'a constaté dans plusieurs enquêtes : les Français ne veulent pas de ce tableau-là.

Malgré ses frasques, DSK a conservé intacte l'image d'un homme "compétent"

Alba Ventura

Quand on teste DSK, il y a forcément quelque chose d'un peu "exotique" (pardon de le dire comme ça). Il y a quelque chose de différent. Soit par jeu, soit par regret, les sondés se disent : "Allez, je vais mettre un pion sur Strauss-Kahn, ça ne mange pas de pain !" Mais la popularité c'est une chose ; l'intention de vote, c'en est une autre.

Par ailleurs, malgré ses frasques, Dominique Strauss-Kahn a conservé intacte l'image d'un homme "compétent". En France, on a plutôt tendance à déconnecter les histoires de vie privée. Mais quand il publie une note sur la Grèce, comme il vient de le faire, personne ne se moque de lui, personne ne trouve que c'est inconvenant, personne ne dit qu'il a tort de s'immiscer dans l'actualité. Il garde l'image d'un homme qui a une autorité, notamment en matière économique.

Un talent reconnu aussi à droite

Les Français ont-il commencé à pardonner à DSK ? N'allons pas trop vite en besogne. Rappelons que les femmes, dans le corps électoral, sont un peu plus nombreuses que les hommes (52% quand même). D'ailleurs, dans le sondage de Libération, on voit bien la différence : un peu plus de 30% de femmes estiment que Dominique Strauss-Kahn ferait un bon candidat, contre 43,5% des hommes.

Souvenons-nous qu'avant 2012, et avant les affaires du Sofitel et du Carlton, l'ancien patron du FMI était vu comme un futur président de la République. Et pas qu'à gauche. Son image était très forte. Son talent était reconnu à droite aussi.

On le voit encore comme l'homme qui rêvait de devenir prix Nobel d'économie

Alba Ventura

Chez certains Français, il y a peut-être encore une part de frustration à l'idée qu'il n'a pas pu appliquer sa politique et son programme. Chez d'autres, c'est le côté "transgressif" qui séduit, comme l'explique François Miquet-Marty, de l'institut de sondage Viavoice. On sait qu'il ne sera pas candidat, on sait qu'il ne se présentera pas, mais on se dit qu'il serait quand même parfait dans le rôle. Sa vie sexuelle a été étalée à travers le monde entier. Mais on le voit encore comme l'homme qui rêvait de devenir prix Nobel d'économie.

Les Français ne regrettent pas l'amateur de parties fines. Ce qu'ils regrettent, c'est l'homme politique expert en économie et le fait qu'il soit passé à côté de son destin. De là à le voir candidat de la gauche, il y a là un fantasme que les Français ne sont pas tout à fait prêts à réaliser.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/