1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Dissolution de l'Assemblée : plus de la moitié des Français favorable
1 min de lecture

Dissolution de l'Assemblée : plus de la moitié des Français favorable

Selon un sondage, une majorité des Français (55%) serait favorable à la dissolution de l'Assemblée nationale.

Assemblée nationale
Assemblée nationale
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Une majorité des Français (55%) serait favorable à la dissolution de l'Assemblée nationale et à l'organisation d'élections anticipées, mais près des trois quart d'entre eux (73%) ne pensent pas que ce scénario se réalisera, selon un sondage BVA pour Orange.

55% des personnes interrogées se disent "favorables" à ce que "François Hollande dissolve l'Assemblée nationale et organise des élections législatives anticipées", contre 42% qui y sont opposés et 3% qui ne se prononcent pas. Les opinions sont particulièrement tranchées entre les sympathisants de gauche, dont seulement un quart soutient la dissolution (26%), et les sympathisants de droite, qui sont une immense majorité à la voir d'un bon oeil (80%).

En revanche, à la question de savoir si le président va effectivement dissoudre l'Assemblée et organiser des législatives d'ici 2017, 73% des sondés répondent par la négative contre 26% d'un avis contraire (1% ne se prononcent pas).

Près des trois quart n'y croient pas

Dissolution suivie d'une cohabitation: cette hypothèses s'est installée cette semaine dans le débat politique où, à gauche comme à droite, on y voit de plus en plus ouvertement une issue possible à la crise française. François Bayrou a été le plus intrépide en affirmant que François Hollande ne pourrait pas tenir jusqu'en 2017 sans dissoudre et que, du coup, l'élection du président de l'UMP se doublait de la désignation de celui que le chef de l'Etat sera contraint de nommer à Matignon.

À écouter aussi

Parmi les quatre personnalités politiques proposées dans le sondage, Alain Juppé est l'homme politique que 49% des sondés souhaiteraient voir à Matignon en cas de cohabitation. Viennent ensuite Bruno Le Maire (20%), Nicolas Sarkozy (11%) et François Fillon (10%). 10% des personnes interrogées ont choisi de ne pas se prononcer sur cette question.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire