1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "Si la chloroquine était un poison, on le saurait", dit Douste-Blazy sur RTL

INVITÉ RTL - Le médecin et ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy a à nouveau déclaré être favorable à l'administration de chloroquine aux patients atteints du Covid-19.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : "Si la chloroquine était un poison, on le saurait", dit Douste-Blazy sur RTL Crédit Image : FABRICE COFFRINI / AFP | Crédit Média : Thomas Sotto | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Esther Serrajordia

Invité de RTL Soir, le médecin et l'ancien ministre de la Santé et des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a réaffirmé être favorable à l'administration d'hydroxychloroquine aux malades du Covid-19

Selon lui, la chloroquine est une solution qui permettrait de réduire le nombre de malades du coronavirus, et il regrette que les médecins ne puissent pas en administrer. "C'est un médicament qui a des avantages et des inconvénients, ce n'est pas le remède miracle. Mais Emmanuel Macron a dit qu'on était en guerre, et quand on voit aujourd'hui les lits en réanimation qui sont en quasi-totalité occupés, il faut se dire qu'il faut trouver quelque chose. Il se trouve que le professeur Raoult, qui est reconnu dans le monde entier, est en train de prouver qu'au jour 5 de la maladie, cette association médicamenteuse à base d'hydroxychloroquine diminue la charge vitale et améliore les symptômes", a affirmé Philippe Douste-Blazy. 

Interrogé par un auditeur sur la possibilité d'engendrer un scandale sanitaire à l'échelle du médiator, Philippe Douste-Blazy a tenu à rassurer. "Le médiator a été utilisé comme un coupe-faim alors qu'il n'y avait pas d'autorisation de mise sur le marché. Ça n'a rien à voir. À la différence du médiator, plus d'un milliard de personnes a pris de la chloroquine, donc si vraiment c'était un poison, on le saurait", a-t-il affirmé.

Le médecin a également tenu à rappeler que l'hydroxychloroquine ne devait pas se prendre en auto-médication. "C'est un vrai médicament, efficace, il peut provoquer des complications cardio-vasculaires, et il peut être contre-indiqué avec d'autres traitements, il faut également faire un électrocardiogramme, en parler à son médecin", a-t-il déclaré, déclarant "combattre" pour que les médecins libéraux qui souhaitent en prescrive le peuvent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Philippe DOUSTE-BLAZY Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants