4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus, confinement, masque : ce qu'il faut retenir du Grand Jury de Mélenchon

INVITÉ RTL - Le chef de file des députés la France insoumise à l'Assemblée est revenu sur la question du déconfinement, mais aussi sur l'élargissement des tests et l'accès des masques à toute la population.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Jean-Luc Mélenchon Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon estime que la question du déconfinement devrait se poser "dès maintenant", jugeant que placer les Français dans une forme de "prison volontaire" n'est "pas une solution durable", dans une interview à l'Obs.

"Les gouvernants néolibéraux ont été incapables de prévoir l'entrée de la crise" et "n'ont pas commencé à penser ni la manière de la surmonter réellement (à part le confinement, l'équivalent de la quarantaine moyenâgeuse), ni évidemment la sortie", ajoute-t-il. "Le confinement forcé est nécessaire, mais ça ne doit pas nous faire oublier que c'est la prison volontaire", insiste Jean-Luc Mélenchon, notant que "65 millions de gens se sont mis en prison eux-mêmes et se surveillent".

Le chef de file des Insoumis réitère aussi ses critiques sur le vocabulaire guerrier employé par l'exécutif, en particulier Emmanuel Macron, face à l'épidémie de coronavirus, le jugeant "absurde".

Le Grand Jury de Jean-Luc Mélenchon

13h - C'est la fin du Grand Jury, merci de nous avoir suivis.

12h57 - "Je suis extrêmement réticent, je n'aime pas cette mesure sur le baccalauréat. Le bac en contrôle continu, ça veut dire qu'il aura une valeur différente en fonction des établissements. Le diplôme a une grande importance (...) Je suis pour qu'il reste une épreuve commune qui permette de valider ce diplôme", déclare Jean-Luc Mélenchon

À lire aussi
À partir du 1er novembre, les futurs allocataires de l'assurance chômage seront soumis à de nouvelles formules d'indemnisation. travail
Réforme de l'assurance chômage : des syndicalistes et parlementaires exigent son abandon

12h53 - Sur la situation dans les ehpad, Jean-Luc Mélenchon préconise de "tester le pour savoir qui est contaminé, qui ne l'est pas, et permettre que se passe au mieux le moment de la fin de vie". 

12h39 - Édouard Philippe a exclu la possibilité d'un traçage numérique "obligatoire" des individus pour lutter contre l'épidémie du coronavirus, mais la question d'un recours à des méthodes de "tracking" sur la base d'un "engagement volontaire" est "encore ouverte".

"Je suis toujours méfiant à l'égard des mesures technologiques qui doivent nous sauver (...) Je sais où ça finira. On va être surveillé et contrôlé. A quoi ça sert ? Ça prépare les esprits. Vous allez contourner la question essentielle : le problème n'est pas de savoir qui est contaminé mais qu'est-ce qu'on fait (...) C'est une fausse solution. Il faut tester et isoler les malades", explique Jean-Luc Mélenchon

12h32 - Est-ce que le gouvernement doit faire plus confiance aux médecins sur la chloroquine ? 

"J'ai eu le sentiment d'un contact courtois, agréable et rationnel avec un homme qui ne critiquait personne, n'en voulait à personne et mettait sur la table des arguments (...) Je ne suis pas médecin pour dire qu'il n'y a aucune conséquence (...) Si on me disait que je suis malade, peut-être je me dirais qu'il faut tester la chloroquine", répond Jean-Luc Mélenchon

12h21 - "L'union sacrée, ça veut dire : 'Taisez-vous'. Emmanuel Macron a commencé à menacer", déclare Jean-Luc Mélenchon. 

12h15 - Concernant la tenue du premier tour des élections municipales, Jean-Luc Mélenchon explique : "Ils (les membres du gouvernement) n'ont jamais demandé notre avis sur la tenue du premier tour du gouvernement. La communication du gouvernement est bien planifiée mais pas les actions. J'en suis bien amère. Moi j'ai cru que quand ils nous ont dit qu'ils organisaient les élections, qu'ils avaient évalué les risques. Je regrette". 

Et d'ajouter : "Je ne les crois plus. Ils disent que leur décision était fondée mais elle ne l'était pas ni sur les masques, ni sur les tests, ni sur les municipales. Je ne pense pas qu'ils mentent ou qu'ils n'aient pas les bonnes informations. On est dans un moment d'extrême tension. Je ne les accable pas, je dis seulement qu'ils partent de principes erronés".

"Au mois de juin, nous n'en aurons pas fini avec le coronavirus. Il est à peu près certain qu'en juin, nous ne serons pas dans une situation d'organiser les élections. Je ne prendrais plus le risque de dire 'on y va'. Plusieurs élus et assesseurs ont été contaminés à cette occasion et j'en suis amère".

12h11 - Est-ce que ce n'est pas trop pour parler de déconfinement ? 

"Ce qui trouble les gens, ce sont les incohérences du gouvernement. On a fait une tribune pour dire que le déconfinement, c'est encore plus compliqué que le confinement (...) Si on ne parle pas du déconfinement, ils (les membres du gouvernement) ne vont pas le préparer, comme ils n'ont pas préparé la gestion de crise", répond Jean-Luc Mélenchon

12h10 - "Il faut nationaliser les deux entreprises Famar (fabriquant de chloroquine) et Luxfer (fabriquant de bouteilles à oxygène médical) qui vont nous rendre service. Il faut des décisions de réquisition. J'en ai parlé avec des responsables patronaux, aucun d'entre eux n'est choqué par cela", indique le chef des députés LFI à l'Assemblée

12h05 - "Ce qui est important ce sont les principes que l'on met en oeuvre. Si l'on croit comme au gouvernement, que les choses vont se réguler d'elles-mêmes parce que la santé est un marché comme les autres (...) Nous les insoumis, nous essayons de convaincre à partir de causes communes avec la nationalisation", explique Jean-Luc Mélenchon. 

"Je ne vais pas reprocher au gouvernement d'avoir changer d'avis sur les masques (...) Si on les écoutait bien, rien n'était nécessaire. Ils ont fait le pari qu'il y aurait une auto-vaccination extrême de la population. Ils ont commis une erreur et perdu un temps décisif", assure le député la France insoumise.

12h02 - Des passants et des clients de commerce ont été poignardés en plein confinement à Romans-sur-Isère (Drôme) par Abdallah Ahmed-Osman, un réfugié soudanais né en 1987. 

"C'est un crime horrible. On peut souhaiter toujours que les choses se passent au mieux. Qui suis-je pour dire au maire ce qu'elle doit faire", déclare Jean-Luc Mélenchon

11h56 - Bonjour à tous. Jean-Luc Mélenchon est l'invité du Grand Jury. Posez vos questions au chef de file des députés La France insoumise dans les commentaires de cet article, il y répondra en direct. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Jean-Luc Mélenchon La France insoumise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants