1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : 20 départements dans le viseur, des mesures dès le 6 mars ?
1 min de lecture

Coronavirus : 20 départements dans le viseur, des mesures dès le 6 mars ?

Le Premier ministre s'est exprimé avec le ministre de la Santé Olivier Véran ce jeudi 25 février. Si de nouvelles mesures n'ont pas été immédiatement annoncées, une date, le 6 mars, est maintenant fixée.

Jean Castex lors de sa conférence de presse le 4 février 2021.
Jean Castex lors de sa conférence de presse le 4 février 2021.
Crédit : Martin BUREAU / AFP
Victor Goury-Laffont

"Le virus gagne de nouveau du terrain". C'est avec ces mots que Jean Castex a commencé sa conférence de presse jeudi 25 février. Après Nice et Dunkerque, 20 départements inquiètent le gouvernement.

"Des concertations vont être menées, et nous ferons un point la semaine prochaine. Et si, et seulement si, la solution s'est dégradée, nous prendrons des mesures, qui entreront en compte à compter du week-end du 6 mars."

Tous les départements de la région Île-de-France sont concernés. C'est aussi le cas des Bouches-du-Rhône, du Rhône, du Var, de l'Oise, du Pas-de-Calais, du Nord, de la Somme de la Moselle, la Meurthe-et-Moselle, la Drôme ou encore l'Eure-et-Loir. Déjà frappé, en partie, par de nouvelles mesures sanitaires, le département des Alpes-Maritimes s'ajoute évidemment à cette liste.

Les 20 départements sous surveillance
Les 20 départements sous surveillance
Crédit : BFM

Ces nouvelles mesures qui seraient donc potentiellement instaurées le 6 mars pourraient justement ressembler à celles mises en place sur le littoral des Alpes-Maritimes ou encore à Dunkerque et ces alentour. Dans ces zones, un confinement est imposé les week-ends, en plus du couvre-feu à 18h en semaine. Les commerces ou centres commerciaux de plus de 5.000 mètres carrés ne peuvent par ailleurs pas recevoir de public.
Le Premier ministre, Jean Castex, a déploré que le "virus gagne de nouveau du terrain", reconnaissant que le nombre de contaminations était en hausse, une augmentation qu'il explique par "l'apparition de souches variantes". Selon le chef du gouvernement, le variant anglais représenterait désormais la moitié des contaminations.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/