1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Congrès LR : quelle est la tendance ?
2 min de lecture

Congrès LR : quelle est la tendance ?

L'issue du scrutin interne des Républicains reste très incertaine, alors que les membres encartés du partis commenceront à voter dès mercredi.

les cinq candidats à l'investiture Les Républicains pour la présidentielle, le 8 novembre 2021
les cinq candidats à l'investiture Les Républicains pour la présidentielle, le 8 novembre 2021
Crédit : bertrand GUAY / POOL / AFP
Le grand flou pour le congrès LR
00:03:06
Un air de campagne
00:03:06
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par Victor Goury-Laffont

Après une campagne et plusieurs débats, les adhérents Les Républicains commencent à voter mercredi 1er décembre pour désigner leur candidat à la présidentielle. Impossible, à ce stade, de se faire une idée du résultat.

Lorsqu'on interroge des élus LR, dans différentes régions, à la direction du parti... Personne n'y voit clair. Il y a un mois, beaucoup étaient formels et voyaient Michel Barnier l'emporter. Sauf qu'à quelques jours du vote, et après trois débats, un ancien ministre résume ainsi la situation : "on ne peut pas dire qui va gagner, ni qui seront les deux finalistes".

Selon un député, "ça se joue à quatre", sur cinq candidats donc. Personne ne voit Philippe Juvin au second tour, et ce malgré une bonne campagne. Mais à cette exception près, toutes les configurations sont imaginées.

Le point candidat par candidat

Xavier Bertrand, celui qui se prépare à la présidentielle depuis des années, est le mieux placé dans les sondages. "Je tomberais vraiment de l'armoire s'il n'était pas au second tour", confie un de ses lieutenants. Tout le monde chez LR n'en est pas si sûr. "C'est notre meilleure chance, mais il n'a pas su s'imposer comme incontestable" s'inquiète un cadre.

À lire aussi

Valérie Pécresse ? "Elle a fait une vraie remontada grâce aux débats", assure un dirigeant. Un de ses soutiens veut croire que "arithmétiquement, elle a un avantage" : la force de frappe de sa région, l'Île-de-France, avec ces plus de 35.000 militants. Sauf que Francilien ne veut pas dire mécaniquement pro-Pécresse.

Quid de Michel Barnier, le favori d'il y a un mois ? Les débats lui ont fait perdre des points, à en croire de nombreux élus, mais difficile d'en mesurer l'ampleur. Les patrons de fédérations sondent leurs militants, et ils ont des retours disparates. "Ça va pas le faire face à Macron", disent les déçus, quand d'autres applaudissent "Barnier, la force tranquille".

L'outsider, c'est Eric Ciotti. Il a su parler aux militants avec un discours droitier assumé. "Tout est possible, même la victoire de Ciotti !", lâche un sénateur. Un ténor relativise : "il partait de très bas, et il a un plafond car personne ne l'imagine président".

Un électorat impossible à sonder

Si ce scrutin est aussi incertain, c'est parce que le corps électoral est insondable. près de 150.000 adhérents, dont 70.000 qui ont débarqué ces deux derniers mois. Cela veut dire que ces nouveaux adhérents représentent quasiment la moitié des votants. Les cadres LR ne les connaissent pas tous, difficile de savoir où iront leur voix.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/