1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Comment s'organise le congrès de La République En Marche
3 min de lecture

Comment s'organise le congrès de La République En Marche

ÉCLAIRAGE - Le parti fondé par Emmanuel Macron se réunit ce samedi 18 novembre à Lyon, pour désigner son délégué général mais également son bureau exécutif.

Christophe Castaner, seul candidat au poste de délégué général du parti REM est assuré d'être élu confortablement lors du congrès.
Christophe Castaner, seul candidat au poste de délégué général du parti REM est assuré d'être élu confortablement lors du congrès.
Crédit : AFP / François Guillot
Léa Stassinet

C'est un congrès sous tension mais sans grand suspens qui se prépare dans les rangs de La République En Marche. Samedi 18 novembre, le parti se réunira à Lyon, en vue d'élire son délégué général mais également son bureau exécutif. On connaît déjà le nom de celui qui prendra la tête du parti : l'actuel porte-parole du gouvernement et secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner. Ce dernier, seul candidat au poste, avait ainsi reçu 395 parrainages alors que seuls 60 étaient demandés, entraînant la validation de sa candidature par le conseil d'administration du parti. 

Une désignation qui n'a pas fait l'unanimité dans les rangs de La République En Marche. Dénonçant le "manque de démocratie interne au sein du parti", 100 "marcheurs" ont ainsi annoncé leur décision de quitter REM à la veille du congrès, soit vendredi 17 novembre. Ils déplorent également que le délégué général ne soit pas élu par les 380.000 adhérents du parti mais par un collège d'élus, de ministres, de cadres ainsi que par 200 militants tirés au sort. Ces "marcheurs" mécontents critiquent également le mode de scrutin choisi, le vote à main levée, "digne de l'Ancien Régime", selon eux. Un vote à bulletin secret aurait été préféré, et ils ne sont pas les seuls à l'avoir demandé. 

Comment est élu le bureau exécutif ?

Quatre listes sont en lice pour constituer le bureau exécutif du parti, également désigné ce samedi. L'une d'entre elles, baptisée "En Marches Citoyens" souhaitait aussi un vote à bulletin secret pour préserver ses chances. Là aussi, le scrutin semble déjà presque joué, puisqu'une liste fait office de favorite : la numéro 4 "concoctée par l'Élysée et Christophe Castaner", selon un proche du dossier. On y retrouve notamment Richard Ferrand, président du groupe REM à l'Assemblée nationale ou encore François Patriat, président du groupe au Sénat.

Face à elles, deux autres listes veulent faire entendre leur voix : l'une menée par le député des Français de l'étranger Joachim Son-Forget, baptisée Diversité des Territoires, et l'autre conduite par Amane Guerfi, animatrice du Comité national En Marche des Résidents Non-Européens. La liste qui arrivera en tête à l'issue du vote remportera les 20 sièges du bureau exécutif

Un débat organisé jeudi 16 novembre

À lire aussi

Pour permettre à chaque liste de s'exprimer avant l'élection, et comme le souhaitaient certains candidats, un débat sera bien organisé ce jeudi 16 novembre, comme le révélait RTL mercredi. Si les modalités concrètes n'ont pas encore été communiquées, le directeur général du parti Stéphane Roques a proposé aux participants que deux personnes (une femme et un homme) de chaque liste prennent part au débat, via un Facebook live. Les discussions pourraient durer une heure et quart et se dérouleront au siège du parti, sans public ni journalistes, mais en présence d'un modérateur

Édouard Philippe et François Bayrou invités

À Lyon, le Premier ministre devrait prendre la parole en fin de matinée lors du congrès de La République En Marche, juste avant Christophe Castaner. S'il n'a pas adhéré au parti fondé par Emmanuel Macron, Édouard Philippe "dira ce qu'il attend du mouvement et en quoi il peut apporter son énergie à la majorité et au président de la République", selon un de ses proches qui s'est confié au Figaro. Deux autres membres du gouvernement interviendront également lors du congrès : la secrétaire d'État en charge de l'égalité homme-femme Marlène Schiappa et le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Autre invité de marque dévoilé par le quotidien, François Bayrou. Celui qui s'était allié à Emmanuel Macron pendant la campagne, puis qui avait occupé pendant quelques jours le poste de garde des Sceaux prononcera "un discours de partenaire engagé" explique au Figaro Yann Wehrling, le secrétaire général du MoDem. "On est main dans la main dans ce qu'on a entrepris ensemble", conclut-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/