1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Carburants : l'énergie sera-t-elle bientôt plus chère pour les plus riches ?
2 min de lecture

Carburants : l'énergie sera-t-elle bientôt plus chère pour les plus riches ?

Avec la flambée des prix de l'énergie, le ministre de l'Économie a laissé entendre que les tarifs pourraient bientôt être indexés sur le revenu des Français. Qu'est-ce que ça signifie ?

Bruno Le Maire souhaite verser une nouvelle indemnité carburant.
Bruno Le Maire souhaite verser une nouvelle indemnité carburant.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Carburants : l'énergie sera-t-elle bientôt plus chère pour les plus riches ?
00:01:49
Martial You - édité par Marine Derquenne

L'énergie sera bientôt plus chère pour les plus riches. En tout cas, c'est ce que laisse entendre le ministre de l'Économie, qui a déclaré dimanche 10 juillet qu'"il faudra, à partir du 1er janvier 2023, que sur l'électricité et sur le gaz, on aide davantage ceux qui en ont besoin, mais pour qu'on puisse le faire, il faut aussi qu'il y ait des augmentations pour ceux qui peuvent se permettre ces augmentations".

Le gouvernement est en train de préparer les esprits : les mesures globales sur le carburant, le gaz et l'électricité auront disparu en janvier. Maintenant, c'est un ballon d'essai et il va falloir en débattre à l'Assemblée nationale.

Aujourd'hui, on nous explique qu'un couple qui gagne 3.600 euros à deux avec deux enfants continuera à profiter de la ristourne de 18 centimes sur le carburant et du bouclier tarifaire. Mais on s'attend à ce que l'opposition fasse remonter le niveau de revenus.

On s'attend aussi à ce que le système pour gaz et électricité soit dégressif car les prix du gaz ont pris 50% et ceux de l'électricité plus de 30%. On peut supposer qu'il n'y aura qu'une portion - la plus riche - qui subira les hausses maximales. Et le gouvernement espère aussi que les prix auront commencé à baisser en janvier prochain. Mais ça fait un an qu'on attend.

Un risque de tensions sociales

À écouter aussi

Cela va être très compliqué de débrancher ces aides qui étaient universelles jusqu'ici. Selon les études INSEE, la moitié des Français gagne moins de 2.000 euros par mois. On peut donc supposer que ceux qui échapperont aux mesures d'aides du gouvernement pour quelques euros vont se révolter. Ce sont les anciens "gilets jaunes" ceux qui travaillent, paient des impôts et n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Ce risque social est sans doute ce qui fait le plus peur au gouvernement. Mais Bruno Le Maire a prévenu : il n'achètera pas le consensus à coup de milliards. On verra s'il tient.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/