1 min de lecture Social

Les banlieues ont "moins de moyens et plus de besoins", explique Borloo sur RTL

INVITÉ RTL - L’ancien ministre et député Jean-Louis Borloo a remis jeudi 26 avril un rapport visant à dépeindre la situation actuelle dans les quartiers oubliés de la République.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Jean-Louis Borloo est l'invité de RTL Crédit Image : Camille Kaelblen / RTLnet | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Y a-t-il eu tant d'argent investi pour rien dans les banlieues ? Dans le rapport pour les quartiers défavorisés qu'il a remis au Premier ministre Édouard Philippe jeudi 26 avril, Jean-Louis Borloo tord le cou à cette idée reçue selon laquelle trop d'argent aurait été dépensé pour améliorer le quotidien dans les quartiers.

Pour démonter ce faux constat, l'ancien ministre et député décrit un point d'arrivée peu reluisant : moins d'emploi par rapport au reste du pays, moins d'apprentis, moins de lycéens en filière générale, plus d'insécurité, plus de discrimination, ou encore deux fois plus d'enfants en classe de 6e qui ne prennent pas de petit-déjeuner et deux fois plus de risque de décéder avant 75 ans. 

"Nous sommes dans une organisation française qui fait qu'il y a moins de moyens là où il y a plus de besoins", déplore Jean-Louis Borloo, invité de RTL ce mercredi 2 mai. Il note notamment "deux fois moins de médecins, de gynécologues, de spécialistes, il y a moins de transports en commun", fait-il savoir. 

Emmanuel Macron lui a demandé, dit-il : "Qu'est-ce qu'il faut que l'on fasse, en vrai, cette fois-ci, pour que ça change ?". "J'ai fait le diagnostic et j'ai constaté cela, avec un espèce de décalage extraordinaire avec tout ce que j'entendais par-ci par-là - 'on a déversé des milliards sur les quartiers, ça n'a rien changé'... Ce n'est pas vrai", résume le rapporteur. 

À lire aussi
Des personnes âgées (illustration) handicap
Sécurité sociale : une cinquième branche créée pour la perte d'autonomie

Désormais, le dossier est entre les mains d'Emmanuel Macron. "Il va le faire, et il doit être le président des 15 millions d'oubliés de la République. Il a l'audace pour le faire, tout est prêt", conclut un Jean-Louis Borloo confiant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Jean-Louis Borloo Banlieue
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants