1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Attentats à Paris : "Soyons patriotes !", clame Alba Ventura
2 min de lecture

Attentats à Paris : "Soyons patriotes !", clame Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - François Hollande a appelé les Français à "pavoiser" leur fenêtre en ce jour d'hommage aux victimes du 13 novembre. Un appel haut en symbole.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Alba Ventura
Attentats à Paris : "Soyons patriotes !", clame Alba Ventura
02:11
Attentats à Paris : "Soyons patriotes !", clame Alba Ventura
02:23
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

Ce vendredi 27 novembre 2015 est un jour d'hommage national aux Invalides. François Hollande a appelé les Français à accrocher des drapeaux tricolores à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre. C'est Ségolène Royal qui en a eu l'idée. C'est elle qui a soufflé l'idée lors d'une réunion à l'Élysée. Et c'est un sacré paradoxe quand on repense au mépris d'une certaine gauche lorsqu'elle avait invité les Français à mettre, pourquoi pas, des drapeaux bleu-blanc-rouge à leurs fenêtres pendant la fête nationale. C'était lors de sa campagne en 2007. On se souvient que la gauche ne l'avait pas digéré à l'époque. On la trouvait iconoclaste, voire ridicule, Ségolène. Pas François Hollande. Pas non plus Manuel Valls, le républicain, pour qui le drapeau ce n'est pas rien. Mais pour tous les autres, oui.

La revanche de Ségolène Royal

Pourtant, il y a longtemps que cette fille de militaire pense que la gauche doit se réapproprier ces symboles. Jaurès était fier d'être un patriote. Et cela fait quand même belle lurette qu'on ne chante plus l'Internationale au Parti socialiste. Mais il y a toute une partie de la gauche qui avait divorcé du drapeau. Toute une partie de la gauche avait ce complexe de la bannière tricolore - revendiquée haut et fort par la droite et par le FN -, le complexe aussi de la Marseillaise et bien d'autres complexes encore. C'est un peu sa revanche à Ségolène Royal.

Cette idée du drapeau, cela veut dire "tous patriotes". Il était temps, parce que cela a un sens de se réconcilier avec le drapeau et de chanter la Marseillaise. Cela veut dire que l'on appartient au même pays, à la même nation, n'en déplaise à ceux qui rejettent la France. Être "patriote", ce n'est pas un gros mot. Être "patriote", c'est montrer que l'on aime son pays. Même si derrière ce drapeau bleu-blanc-rouge, il y a en réalité un patchwork. Même si la République, c'est un kaléidoscope. Même si il y a mille morceaux de France, qui ne collent pas toujours les uns avec les autres.

Moment de communion

Même si cela n'efface rien. Même si on va continuer de critiquer, de râler, de s'engueuler avec son voisin. Même si personne ne va oublier qu'il y a 40.000 chômeurs de plus. Même si l'on n'est pas dupe de l'état de notre pays. Même si on n'ignore pas l'art de la communication en politique. Même si on ne s'aime pas tous les uns les autres. C'est le jour où l'on doit être patriote.

À écouter aussi

Ce moment de communion, au moins aujourd'hui, on le fait. Et on le fait surtout pour les familles qui, elles, sont condamnées à vie.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/