4 min de lecture Assemblée nationale

Assemblée nationale : qui sont les 4 candidats au perchoir ?

Ils sont quatre députés à briguer la présidence du Palais Bourbon : François de Rugy, Brigitte Bourguignon, Sophie Errante et Philippe Folliot.

Philippe Folliot, Brigitte Bourguignon, François de Rugy et Sophie Ferrante se disputent le perchoir de l'Assemblée nationale.
Philippe Folliot, Brigitte Bourguignon, François de Rugy et Sophie Ferrante se disputent le perchoir de l'Assemblée nationale. Crédit : Montage RTLnet / SIPA / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet

"Dans cette Assemblée féminisée, je pense que ce serait bien symboliquement qu'une femme soit pour la première fois à sa tête". Ces paroles sont de Brigitte Bourguignon, députée REM du Pas-de-Calais, qui fait partie des trois candidats déclarés pour la présidence de l'Assemblée nationale. Elle fera face à François de Rugy, l'ex-candidat à la la primaire de la gauche qui a rallié Emmanuel Macron, à une autre députée REM, Sophie Errante et au candidat centriste de dernière minute, le député du Tarn Philippe Folliot. Si François de Rugy a affiché son ambition dès le soir de sa victoire aux législatives, ses deux concurrentes se sont déclarées vendredi 23 juin, à la veille du séminaire de cohésion auquel été conviés les députés de La République En Marche. Quant à Philippe Folliot, sa candidature a été dévoilé ce mardi 27 juin, jour de l'élection. 

Lequel de ces membres de la majorité parlementaire succédera au socialiste Claude Bartolone ? Le président de l’hémicycle tient un rôle particulier, qui n'est pas de tout repos. Quatrième personnage de l'État derrière le président de la République, le premier ministre et le président du Sénat, il peut être consulté par le Président en cas par exemple de dissolution de l'Assemblée nationale. Il dispose également d'un droit de saisine du Conseil constitutionnel, dont il nomme d'ailleurs trois de ses membres. Mais sa fonction première reste celle d'organiser le travail parlementaire et de diriger les débats en séance publique. Alors qui sera élu par ses pairs mardi 27 juin ?

François de Rugy, le plus expérimenté

L'ancien écologiste, candidat à la primaire de la gauche en janvier dernier, puis soutien d'Emmanuel Macron n'a pas fait mystère de ses intentions bien longtemps. Candidat au perchoir dès le soir de sa réélection en tant que député REM de la 1ère circonscription de Loire-Atlantique, il milite pour une Assemblée nationale "plus démocratique et plus efficace", a-t-il expliqué dans un message publié sur son compte Facebook

À lire aussi
Gilles Le Gendre à Paris, le 15 mai 2017 assemblée nationale
Gilles Le Gendre succède à Richard Ferrand à la tête du groupe REM à l'Assemblée

Celui qui vante les mérites de son expérience (co-président du groupe écologiste, vice-président de l'Assemblée) fait campagne sur la "modernisation" de l'institution, dans la foulée des réformes prévues par le gouvernement, avec par exemple la réduction du nombre de députés ou encore la limitation à trois mandats successifsFrançois de Rugy, qui plaide pour une "atmosphère de travail constructive, entre majorité et opposition", estime que l'Assemblée ne doit "plus être un lieu de provocations et d'anathèmes, un théâtre d'excès et de caricatures". L'élu de 43 ans n'a cependant pas exclu de retirer sa candidature si l'Élysée, qui regarde de près le choix du président de l'hémicycle, préférait l'élection d'une femme. 

Brigitte Bourguignon, ancien soutien de Valls passée En Marche !

Peu connue du grand public, celle qui se décrit comme "une fille du peuple", ayant "de l'expérience dans l'engagement social", avait succédé à Jack Lang dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais en 2012, sous l'étiquette socialiste. Brigitte Bourguignon, ancienne adjointe au maire de Boulogne-sur-mer Frédéric Cuvilliers, et ex-secrétaire nationale du PS chargée du sport avait soutenu Manuel Valls à la primaire de la droite. Lors de l'élection présidentielle, fidèle à son parti, l'élue de 58 ans s'était rangée derrière Benoît Hamon avant de rejoindre Emmanuel Macron durant l'entre-deux tours. Elle avait ensuite sollicitée l'investiture de La République En Marche ! pour les législatives, ce qui avait entraîné son exclusion du Parti socialiste.

Brigitte Bourguignon explique à l'AFP qu'elle n'était "pas demandeuse" de ce poste au perchoir. "Mon nom a circulé, je pense que ma candidature a du sens, car je viens d'un département où 4 députés FN ont été élus". Si elle parvient à se hisser à la tête de l'Assemblée nationale, elle souhaite "réhabiliter le travail des députés", afin de lutter contre l'antiparlementarisme qui ne cesse de gagner du terrain. "Avec la dernière mandature de Claude Bartolone, les choses sont devenues plus transparentes, mais il y a encore beaucoup à faire", explique-t-elle à nos confrères de LCP. Brigitte Bourguignon plaide en tout cas pour l'arrivée d'une femme au perchoir, "que ce soit Sophie ou moi !". 

Sophie Errante, cheffe d'entreprise au "caractère cash"

C'est aussi dans les rangs du Parti socialiste qu'elle a fait ses premières armes. Élue députée de la 10ème circonscription de Loire-Atlantique en 2012, réélue en 2017 avec l'étiquette REM, cette cheffe d'entreprise estime ne "pas être une politicienne de métier". Celle qui revendique un caractère "assez cash" entend bien devenir la première femme présidente de l'Assemblée nationale, comme elle le confie à La Chaîne Parlementaire : "Emmanuel Macron est pour l’égalité réelle, alors autant commencer par l’Assemblée même si elle s’est bien féminisée avec les dernières législatives". 

Parmi les chantiers qu'elle compte lancer si elle est élue, Sophie Errante cite volontiers son envie de réformer les séances bi-hebdomadaires des Questions au gouvernement, qu'elle décrit comme ses "pires moments à l'Assemblée". Comment appréhende-t-elle les débats avec de forts caractères comme celui de Gilbert Collard, Jean-Luc Mélenchon ou encore Marine Le Pen ? "Ça ne me fait pas peur. Je veux faire en sorte que ces gens-là ne soient plus des stars !", affirme-t-elle. Sophie Errante souhaite également "clarifier le travail des parlementaires", pour "que la fabrique de la loi soit plus compréhensible par les citoyens". 

Philippe Folliot, le candidat surprise

Sa candidature a été dévoilée au dernier moment, soit le jour du vote. Philippe Folliot, député centriste réélu dans le Tarn en se revendiquant de la majorité présidentielle est lui aussi candidat à la succession de Claude Bartolone. Député UDI pendant la précédente législature et spécialiste des questions de défense, il n'a pas eu à affronter un candidat de la République en marche (REM) durant les dernières législatives. 

Le parti Les Républicains, allié à l'UDI pour le scrutin, lui avait retiré son investiture après son ralliement à Emmanuel Macron à un mois du premier tour de l'élection présidentielle. Ce fut d'ailleurs le premier député de l'opposition à rejoindre le président de la République selon l'Obs

Le nom du prochain président de l'Assemblée nationale sera connu mardi 27 juin dans l'après-midi, lors de la séance inaugurale de la nouvelle législature.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale La République En Marche François De Rugy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789115348
Assemblée nationale : qui sont les 4 candidats au perchoir ?
Assemblée nationale : qui sont les 4 candidats au perchoir ?
Ils sont quatre députés à briguer la présidence du Palais Bourbon : François de Rugy, Brigitte Bourguignon, Sophie Errante et Philippe Folliot.
https://www.rtl.fr/actu/politique/assemblee-nationale-qui-sont-les-candidats-au-perchoir-7789115348
2017-06-26 18:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9QCefIC_mh15UwCtdIkWbg/330v220-2/online/image/2017/0627/7789126853_philippe-folliot-brigitte-bourguignon-francois-de-rugy-et-sophie-ferrante-se-disputent-le-perchoir-de-l-assemblee-nationale.png