1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Agde, ville la plus touchée par le chômage en France
3 min de lecture

Agde, ville la plus touchée par le chômage en France

PALMARÈS RTL - À la veille de la publication des premiers chiffres du chômage de l'année 2014, "RTL" dévoile son palmarès des villes les plus touchées par le chômage en France.

Vincent Derosier & La rédaction numérique de RTL

C'était le principal engagement de la première partie du quinquennat de François Hollande. Réussir à inverser la courbe du chômage en 2013. Un pari perdu pour le gouvernement, qui publie mercredi les premiers chiffres du chômage de l'année 2014.

Des statistiques qui seront particulièrement suivies, à un mois des municipales. À cette occasion, RTL dévoile son palmarès des villes de France les plus touchées par le chômage.

Le record pour Agde

Toutes catégories confondues, des métropoles aux villes moyennes, en passant par les villes de quelques milliers d'habitants, et si l'on arrête les compteurs à la fin de l'année 2013, c'est la commune d'Agde, dans le Languedoc-Roussillon, qui détient le triste record avec 18% de chômeurs pour 25.000 habitants. Un chiffre bien supérieur à la moyenne nationale, de 10.5%.

De fait, Agde vit surtout l'été, quand les touristes sont de passage. Une partie de la population trouve alors des petits emplois, précaires. Mais l'hiver est rude et les petits commerces ferment les uns après les autres.

À lire aussi

Mais la commune du Midi n'est pas la seule dans cette situation. Beaucoup de villes flirtent avec ces taux records. C'est le cas de Thiérache, au nord-est du département de l'Aisne. Les exploitations agricoles de cette zone forestière ne sont plus très dynamiques. Suivent ensuite Lens, Calais, Alès et Sète où le taux de chômage dépasse partout 17%.

Le chômage a augmenté avec la crise

Dans de nombreuses villes, la situation s'est dégradée brusquement ces dernières années avec les effets de la crise financière. Entre 2008, date de la faillite de la banque Lehman Brothers, et fin 2013, de nombreuses villes ont vu leur taux de chômage exploser.

À Porto-Vecchio par exemple, où l'économie est là encore très indexée au tourisme, le taux de chômage a fait un bond de plus de 6%. C'est la ville qui a le plus chuté dans le classement sur la période. Viennent ensuite Agde, Tergnier dans l'Aisne et Narbonne.

Dans les vingt plus grandes villes de l'Hexagone, qui comptent toutes plus de 100.000 habitants, le chômage a augmenté partout, sans exception, lors des cinq dernières années. Avec respectivement +1.2%, +2.4% et +2.6 %, Paris, Grenoble et Nantes sont les trois villes qui s'en tirent le mieux. Aux trois dernières places figurent Montpellier, Reims et Le Havre, où le taux de chômage a grimpé de plus de 4%.

Les Herbiers, Houdan, Vitré et Plaisir échappent au phénomène

Dans la morosité ambiante, certaines villes parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu. Houdan, dans les Yvelines, affiche par exemple un taux de chômage de 5,2%. Même pas la moitié de la moyenne nationale. Un chiffre à relativiser, Houdan étant avant tout une ville dortoir, la plupart des habitants travaillant à Versailles ou à Paris. 

L'exemple des Herbiers, en Vendée, est beaucoup plus parlant. Avec 150.000 habitants et moins de 6% de chômeurs, la ville aux 25 zones industrielles compte des réussites d'entreprises par dizaines, à l'instar des bateaux de plaisance Jeanneau ou de la brioche La Boulangère.

En Île-et-Vilaine, Vitré sort également du lot : des centaines de chefs d'entreprises s'y sont installés, attirés par une fiscalité attrayante et des terrains bons marchés. Enfin, Plaisir, dans les Yvelines, est la ville dont le taux de chômage a le moins progressé en 5 ans.

Lille et Lyon avares en emplois d'avenir

Reste un carton jaune pour les villes qui n'ont pas joué le jeu en matière d'emplois d'avenir. Surprise, il n'y a pas que des communes de droite comme Marseille ou Nice qui n'en ont pas créé un seul. Les bonnets d'âne pour Lille, le fief de Martine Aubry, où seulement deux emplois d'avenir ont été recensés, et Lyon, dirigée par Gérard Collomb, où il n'y a eu tout simplement aucun.

Dans le même temps, le Bordeaux d'Alain Juppé en a créé 20. Le ministre de l'Emploi Michel Sapin répète à tout va que l'inversion de la courbe s'est jouée à 6.000 emplois près. Si c'est le cas, il peut en vouloir à ses amis socialistes.

À écouter

Agde, ville la plus touchée par le chômage en France
03:16
La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/