2 min de lecture Les Républicains

Qui est Georges Fenech, le sarkozyste qui déclare la primaire "caduque" ?

PORTRAIT - Le député Les Républicains du Rhône, à contre-courant de son parti, s'est élevé pour déclarer la primaire "caduque" à cause de l'affaire Penelope Fillon.

Georges Fenech, le 7 avril 2016 à Bruxelles
Georges Fenech, le 7 avril 2016 à Bruxelles Crédit : JOHN THYS / AFP
Clarisse Martin
Clarisse Martin
Journaliste

Plongé dans la tourmente d'une affaire de soupçons d'emplois fictifs occupés par Penelope Fillon, le parti Les Républicains fait bloc autour de son candidat à l'élection présidentielle d'avril 2017. Mais, au milieu des éléments de langage formulés à l'unisson et une tribune de soutien à François Fillon publiée dans Le Figarocertaines voix dissonantes commencent à se faire entendre. Parmi elles, celle du parlementaire Georges Fenech. 

Georges Fenech s'est illustré, le 1er février 2017, en déclarant qu'au vu de l'affaire dans laquelle François Fillon est embourbé, "la situation [était] très compromise. [...] Je pense que le résultat des primaires est aujourd'hui caduc face à cet événement imprévisible [...] qui se situe non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral". Il est ainsi devenu le premier député du parti à réclamer le renoncement de François Fillon.

Selon les informations de RTL, obtenues le lendemain de cette prise de parole, il devrait être sanctionné par son parti en se voyant retirer son investiture aux prochaines législatives. Néanmoins, le parlementaire répète qu'il n'est pas dans un état d'esprit anti-Fillon et qu'il le soutient. Malgré ces dires, il aurait lancé une pétition auprès des parlementaires pour trouver un successeur au candidat Fillon, dévoile Marianne.

Un soutien de Nicolas Sarkozy

Fer de lance de l'opposition à Christiane Taubira lorsqu'elle était garde des Sceaux, magistrat de formation, ce sarkozyste de 62 ans est élu pour la première fois député du Rhône en 2002. Condamné à un an d'inéligibilité en 2007 après sa réélection, pour des irrégularités concernant ses dépenses de campagne, il réintègre la magistrature en 2008, avant d'être réélu dans son ancienne circonscription, en 2012. En 2008, il est également jugé puis relaxé lors du procès de l'Angolagate, une affaire de ventes illégales d'armes à l'Angola, dans laquelle Charles Pasqua avait été condamné. 

À lire aussi
Christian Jacob dans les studios de RTL, le 3 décembre 2019 Christian Jacob
Réforme des retraites : sur RTL, Christian Jacob se dit contre "un blocage" du pays

Cette même année, le président de la République Nicolas Sarkozy le place à la tête de la Mission interministérielle contre les sectes, relève Le Monde. Sa qualité de magistrat lui a par ailleurs valu d'être désigné secrétaire national de l'ex-UMP chargé de la justice en 2014, par ce même Nicolas Sarkozy, qu'il a d'ailleurs soutenu pour la primaire de la droite et du centre à l'automne 2016. Et si aujourd'hui, il déclare soutenir François Fillon, il demeurera le premier député Les Républicains à avoir élevé la voix pour réclamer son abandon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Georges Fenech François Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants