2 min de lecture Affaire Bygmalion

Affaire Bygmalion : le directeur de campagne de Sarkozy se dit "totalement étranger" au montage

L'avocat de Guillaume Lambert, directeur de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, affirme que son client n'a rien à voir dans le montage financier enter Bygmalion et l'UMP.

Guillaume Lambert, le 17 avril 2012
Guillaume Lambert, le 17 avril 2012 Crédit : AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le directeur de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, Guillaume Lambert, est "totalement étranger" aux fausses factures imputées à l'UMP par Bygmalion pour masquer un dépassement des dépenses de campagne, a affirmé mardi son avocat dans une déclaration à l'AFP

"Il est totalement étranger aux dispositions mises en place entre Bygmalion et l'UMP", a déclaré Me Christophe Ingrain, affirmant que son client avait appris "avec stupéfaction" ces "allégations". "Responsable de l'association de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy entre février et mai 2012, (Guillaume Lambert) n'a eu connaissance que des seules dépenses transmises à cette association dans la limite du plafond autorisé", a expliqué l'avocat de Guillaume Lambert.

"Aucune information" sur les finances de l'UMP

"Il n'avait aucune autorité ni aucune information sur les finances de l'UMP et les décisions les concernant", a ajouté Christophe Ingrain. Lundi 26 mai, l'avocat de Bygmalion, Me Patrick Maisonneuve, avait affirmé que l'UMP avait demandé à la société de lui imputer de fausses factures correspondant à de véritables prestations, pour dissimuler des dépenses liées aux meetings de Nicolas Sarkozy en 2012 et ne pas les inscrire au compte de campagne. Il a estimé à "plus de dix millions d'euros" les sommes litigieuses. 

Dans la foulée, l'ex-directeur adjoint de la campagne, Jérôme Lavrilleux, avait reconnu lors d'une confession en direct sur BFM-TV que des prestations fournies par Bygmalion avaient été indûment facturées à l'UMP. "Il y a eu un dérapage sur le nombre - non pas sur la valeur - mais sur le nombre d'événements qui ont été organisés dans le cadre de cette campagne", a affirmé ce proche de Jean-François Copé.

Jean-François Copé a annoncé ce mardi 27 mai qu'il quitterait le 15 juin la présidence de l'UMP.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bygmalion UMP Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants