1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - 50 milliards d'économies : "On ne peut pas continuer à s'endetter", dit Michel Sapin
1 min de lecture

VIDÉO - 50 milliards d'économies : "On ne peut pas continuer à s'endetter", dit Michel Sapin

INVITÉ RTL - Le ministre des Finances défend le plan présenté mercredi 16 avril par Manuel Valls.

Michel Sapin, invité de RTL, le 17 avril 2014
Michel Sapin, invité de RTL, le 17 avril 2014
Crédit : Fanny Bonjean / RTL.fr
"On ne peut pas continuer à s'endetter", estime Michel Sapin
08:43

"Nous voulons arrêter les augmentations d'impôts". Derrière le plan de 50 milliards d'économies présenté par Manuel Valls, un objectif : ne plus faire porter aux Français le poids de la dette. "Ce chiffre ne tombe pas du ciel, il a été annoncé depuis plusieurs mois. C'est l'enjeu du financement du pacte de responsabilité", explique Michel Sapin.

Mettre fin à l'endettement

Le ministre des Finances rappelle que le pacte prévoit notamment une baisse de cotisations salariales qu'il va falloir financer. "Ce sont 500 euros rendus aux Français", précise-t-il, affirmant que la France "ne peut pas continuer à s'endetter".

Alors que le projet provoque la grogne de certaines catégories sociales telles que les fonctionnaires et d'une partie des députés socialistes, Michel Sapin croit en l'orientation prise par le gouvernement. "Quand on s'engage dans un plan comme celui-ci c'est qu'on pense que c'est le bon", estime-t-il.

Minimiser l'impact des décisions

Alors que certaines prestations sociales ne seront pas augmentées, le ministre des Finances tient à assurer que la France n'est pas le pays qui mène la politique la plus dure dans ce domaine : "On ne baisse pas les prestations. Certains pays l'ont fait. Nous allons même augmenter les prestations minimales".

À lire aussi

Idem pour la rémunération des fonctionnaires. "Le gel du point d'indice continue pour les trois années qui sont devant nous. Des promotions individuelles sont toutefois possibles (...) C'est un arrêt des augmentations automatiques. Il n'y en a pas non plus dans le privé".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/