2 min de lecture Environnement

Doit-on s'inquiéter de la multiplication des rapports sur le climat ?

Le réchauffement climatique pourrait être plus fort que prévu, selon un rapport des scientifiques français. Les études sur le sujet se multiplient. Mais qu'est qui différencie ces rapports ?

tortue- La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Quel rapport scientifique sur le réchauffement climatique a raison ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Esther Serrajordia

Dans un nouveau rapport de scientifiques, on nous annonce un réchauffement climatique plus fort que prévu, voir des températures supérieures de 6 à 7 degrés en 2100 si on continue comme actuellement et ça, quelque soit les efforts réalisés par chacun. Le script du futur le plus optimiste imagine que l’on serait tout juste sous l’objectif de 2°C de réchauffement, acté par l’accord de Paris, en 2100 si on arrête toute émission de CO2, maintenant, tout de suite. 

Le précédent rapport du GIEC prévoyait une hausse de 4 degrés, là on parle de 6 à 7 degrés. Qui a raison ? 

Les deux en fait. Le rapport publié hier à été réalisé par des scientifiques français membres du CNRS, du Centre d’étude atomique et de Météo France. Il doit servir de base au futur rapport du GIEC prévu pour 2021-2022. Le GIEC, groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, réunit 195 pays appartenant à l’ONU, a pour but de réunir toutes les informations sur le climat et de proposer un rapport global sur son évolution. Ce n’est pas un organisme scientifique mais de synthèse. Le GIEC va donc se servir de cette étude française mais pas sur qu’il en retienne les conclusions. 

L’accumulation de ces rapports fait le miel des climato-sceptiques qui pointent le fait que les scientifiques ne sont pas d'accord entre eux. Rappelons que, pour Donald Trump, le réchauffement climatique est une invention chinoise pour embêter les industriels américains. 

Le plus : les particules de pollution détectées dans le placenta de certaines femmes

À lire aussi
Des éléphants buvant à un point d'eau asséché, dans une réserve du Botswana, le 28 septembre 2019 Afrique
Une centaine d'éléphants victimes de la sécheresse au Botswana

D’après une étude belge et publiée dans le magazine scientifique Nature communication, des particules émis par les pots d’échappement ou la combustion de bois et de charbon ont été retrouvées dans des placentas de femmes après leur accouchement. Cette étude montre que ces pollutions peuvent traverser cette barrière jusqu’au fœtus. La femme enceinte pourrait en souffrir. On ne connait pas encore les conséquences sur l’enfant.

La note : 5/20 au réflexe de balancer les restes de son fruit dans la nature

On l’a tous fait, balancer son trognon de pomme ou sa peau de banane dans la nature en se disant que les fruits ne polluent pas puisqu'ils reviennent à la terre. En fait, non. Les gardes du parc national des glaciers dans le Montana aux États-Unis expliquent que les animaux ne mangent pas ces déchets car ils ne les connaissent pas, donc ça ne leur fera pas du bien. 

De plus, si une peau de banane est bien biodégradable, le processus peut demander deux ans, tandis qu'il faudra tout de même huit semaines pour un trognon de pomme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Climat Changement climatique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants