4 min de lecture Climat

COP21 : pourquoi l'accord de Paris sur le climat démarre difficilement

ÉCLAIRAGE - L'accord de Paris sur le Climat entre en vigueur ce vendredi 4 novembre. De nombreux éléments montrent que son application va être longue et semée d'embûches.

Une usine de charbon à Bottrop, en Allemagne (illustration)
Une usine de charbon à Bottrop, en Allemagne (illustration) Crédit : AFP / Patrick Stollarz
Philippe Peyre
Philippe Peyre

Il y a maintenant près d'un an, le 12 décembre 2015, 197 États ont signé l'accord de Paris sur le climat. Un accord qualifié de "tournant historique" par Laurent Fabius, ex-ministre des Affaires étrangères qui avait piloté la COP21. Après la Chine, l'Inde ou encore les États-Unis, l'Union européenne a ratifié le 4 octobre dernier l'accord de Paris sur le climat. Pour être applicable, le texte devait être ratifié par au moins 55 pays qui représentent 55% des émissions de gaz à effet de serre. Condition désormais remplie avec ce récent aval de l'Union européenne.

"Après le temps de la ratification, vient maintenant le temps de l'action pour l'UE et les pays du monde entier", a rappelé très justement le WWF, le Fonds mondial pour la nature. Et pour cause : entre des décisions prises totalement à l'encontre de l'accord, notamment en France, et des données mondiales de plus en plus alarmantes sur le réchauffement planétaire, l'application de l'accord de Paris sur le climat apparaît de plus en plus incertaine.

La France recule sur la taxe carbone

"La France s'engagera unilatéralement - je dis bien unilatéralement - à donner un prix plancher du carbone", a lancé François Hollande lors de la conférence environnementale, à la fin du mois d'avril. "Ce prix plancher donnera plus de visibilité à tous les investisseurs et privilégiera, pour le secteur spécifique de l'électricité, l'utilisation du gaz par rapport au charbon", a ajouté le Président de la République. Nos cinq dernières centrales de production d'électricité au charbon devraient donc être taxées à hauteur de 30 euros pour une tonne de gaz carbonique émise dans l'atmosphère et ce, à partir du 1er janvier 2017. C'est le principe du pollueur-payeur.

À lire aussi
"La Marche du siècle", c'est une marée intergénérationnelle qui a défilé samedi 16 mars pour le climat changement climatique
"La Marche du Siècle" : des milliers de manifestants défilent à travers la France

Mais face à la menace de l'entreprise allemande Uniper de fermer les deux centrales qu'il possède en France, en Lorraine et dans les Bouches-du-Rhône, avec 250 suppressions de postes à la clé, le gouvernement a préféré reculer. "Il serait judicieux d'avoir un étalement dans le temps des dispositions qui correspondent à un principe sur lequel nous souhaitons avancer", a justifié Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget. 

Berlin face à la réalité

Outre-Rhin, c'est la panique, si l'on en croit le Süddeutsche Zeitung, le Journal de l'Allemagne du Sud : "C'est à quelques jours seulement de la Conférence de Marrakech que les différents ministères à Berlin constatent tout ce qui ne va pas ! écrit le journal. Plus de courant issu de centrales à charbon ? Non, pas possible à cause des emplois ! Plus de voitures à essence ou diesel ? Non, pas possible, faute d’alternative fiable ! Plus d’émissions de gaz à effet de serre dans l’agriculture ? Non, pas possible à cause des vaches destinées à la production de viande et de lait ! Mais quand va-t-on enfin prendre des initiatives concrètes ?"

Une situation inquiétante alors que le pays a accepté de ratifier l'accord de Paris sur le climat. Christoph Bals, responsable au sein de l'ONG GermanWatch, a déploré le fait que "le gouvernement capitule et réponde aux intérêts de l'industrie des énergies fossiles". Même son de cloche de la part de la ministre allemande de l'Environnement qui dénonce que "les centrales à charbon réduisent à néant les bénéfices climatiques engendrés par les énergies renouvelables". L'Allemagne est pourtant un pays où les énergies renouvelables battent des records de production. 

Des données climatiques alarmantes

L'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) a tiré la sonnette d'alarme dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre. L'air n'a jamais été aussi pollué qu'en 2015 par le dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre, avec une teneur moyenne dans l'atmosphère de 400 ppm (parties par million), un seuil record symbolique. "Le monde bouge dans la mauvaise direction", a déploré le secrétaire général de l'OMM lors d'une conférence de presse à Genève, en faisant référence aux hausses permanentes du niveau de CO2 dans l'air. Selon la station de surveillance des gaz à effet de serre, localisée à Hawaï, les concentrations de CO2 ne redescendront pas en-dessous de ce seuil "pour les nombreuses générations à venir".

En plus d'un air saturé en pollution, 2016 s'annonce comme l'année la plus chaude jamais enregistrée, après les records de 2014 puis de 2015. La fonte des glaciers s'est accélérée en 2015 et ce, pour la 36ème année consécutive. Ces records inquiètent et à juste titre lorsque l'on constate le recul de certains gouvernements sur la transition énergétique. Évidemment, l'accord de Paris sur le climat ne peut avoir encore produit des effets positifs étant donné qu'il n'a été ratifié que récemment. Mais le chemin à parcourir pour réellement l'appliquer est encore long. C'est en tout cas au programme de la COP22 qui s'ouvre à Marrakech lundi 7 novembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Climat COP21 Transition énergétique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785580861
COP21 : pourquoi l'accord de Paris sur le climat démarre difficilement
COP21 : pourquoi l'accord de Paris sur le climat démarre difficilement
ÉCLAIRAGE - L'accord de Paris sur le Climat entre en vigueur ce vendredi 4 novembre. De nombreux éléments montrent que son application va être longue et semée d'embûches.
https://www.rtl.fr/actu/meteo/cop21-pourquoi-l-accord-de-paris-sur-le-climat-demarre-difficilement-7785580861
2016-11-04 10:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/bVkGHgiWl6T6W-KjjA1FFQ/330v220-2/online/image/2015/1124/7780610435_une-usine-de-charbon-a-bottrop-en-allemagne.jpg