1. Accueil
  2. Actu
  3. Météo
  4. Canicule : à quoi ressemblait la grande sécheresse historique de 1976 ?
3 min de lecture

Canicule : à quoi ressemblait la grande sécheresse historique de 1976 ?

ÉCLAIRAGE - Cet épisode est solidement inscrit dans les mémoires, notamment parce qu'il a durement frappé les agriculteurs et provoqué la levée d'un impôt exceptionnel.

Une agricultrice de l'Orne regardant le 16 juin 1976, sa mare asséchée par la sécheresse.
Une agricultrice de l'Orne regardant le 16 juin 1976, sa mare asséchée par la sécheresse.
Crédit : AFP
Découvrez les archives RTL sur la grande sécheresse de 1976
00:02:27
Aymeric Parthonnaud & AFP

C'est la troisième vague de chaleur intense qui traverse la France depuis le début de cette période estivale 2022. "Températures historiques", du "jamais vu"... Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la sévérité du phénomène. Et si les corps et les esprits souffrent, la nature aussi. Les feuilles des arbres tombent comme si nous étions déjà à la fin de l'automne à cause d'un stress hydrique intense. Des forêts entières brûlent. Les agriculteurs sont particulièrement inquiets et les autorités limitent désormais l'usage de l'eau sur certains territoires. 

La France affronte ce mercredi 3 août la journée la plus chaude du troisième épisode caniculaire enregistré depuis juin, avec des températures qui pourraient atteindre jusqu'à 40°C dans le Sud-Ouest et une sécheresse chaque jour plus marquée. Cette chaleur ne fait que renforcer la sécheresse. Juillet 2022 est "au second rang des mois les plus secs tous mois confondus" en France depuis le début des mesures en 1958-1959, avec un cumul de précipitations agrégées de 9,7 millimètres, soit un déficit de précipitations d'environ 84% par rapport aux normales, selon Météo-France. 

Les conséquences sont très concrètes : à Gérardmer (Vosges), le débit des sources est tellement faible que la commune va approvisionner avec l'eau du lac son réseau d'eau public. Résultat, à partir de mercredi, l'eau sera déclarée non-potable, a priori pour 48h, le temps de réaliser des tests bactériologiques. Par ailleurs, "on est en situation de sécheresse record pour l'humidité des sols depuis le 17 juillet au niveau national", a indiqué Jean-Michel Soubeyroux, climatologue chez Météo-France. "En ce début août, les sols sont donc encore plus secs qu'ils ne l'étaient à la même date en 1976 et en 2003. D'ici le milieu du mois d'août, il est probable que cette situation s'aggrave encore, et que le record absolu de sécheresse des sols superficiels qui date de 2003 soit battu", précise Météo-France.

L'alliance des anticyclones

C'est cet exemple historique de 1976 qui servait jusqu'alors d'étalon national dans la mesure de la sécheresse. La situation dramatique était le résultat d'une année particulièrement sèche et chaude. Tout a commencé à l'automne de l'année précédente, en 1975, car la sécheresse est un poison lent. L'anticyclone des Açores, qui offre un bouclier anti-pluie à l'Europe durant les mois d'été a été trop présent. Il est remonté vers le Nord et s'est allié à un autre anticyclone nord-américain. Les deux anticyclones conjugués ont asséché l'Europe pendant des mois. 

Des habitants de la commune de Lesparre-Médoc prient, le 28 juin 1976, pour que la pluie fasse son apparition
Des habitants de la commune de Lesparre-Médoc prient, le 28 juin 1976, pour que la pluie fasse son apparition
Crédit : AFP
À écouter aussi

En février 1976, c'est une autre alliance qui a empêché les pluies de tomber sur le sol européen et français : l'anticyclone des Açores et celui de Sibérie. Une protection qui est restée très efficace jusqu'en avril, provoquant un assèchement durable des sols. En mai, les températures étaient particulièrement chaudes pour la saison, frôlant régulièrement les 30°C. En juin 1976, la chaleur s'est installée durablement dans le sud-ouest de la France et des records étaient battus dans des zones plus au Nord : Île-de-France et même sud de l'Angleterre. Et en juillet, le bassin d'Arcachon dépassait la barre symbolique des 40°C. Une rareté pour le pays. 

La détresse de l'agriculture française

Du côté des pluies, le printemps 1976 est le deuxième printemps le plus sec du XXe siècle après celui de 1959. La France a, depuis, connu des printemps plus secs encore. Un phénomène qui, à cause du réchauffement climatique, se multiplie et se normalise. Les printemps 2003, 2006, 2007, 2010, 2011, 2012, 2014, 2017 et 2018 ont été particulièrement secs par exemple. La sécheresse des sols en 1976 a aussi enclenché un cercle vicieux très défavorable à l'agriculture. En effet, les chaleurs n'ont pas empêché totalement certaines précipitations. Mais plutôt qu'une pluie régulière, nécessaire pour les cultures et les nappes, la France a connu un enchaînement d'épisodes orageux violents. La grêle a détruit certaines cultures au début de l'année et les pluies orageuses n'ont pu correctement s'infiltrer dans les terres et les nappes profondes. 

Les conséquences de cette sécheresse historique ont été particulièrement sévères pour l'agriculture française. Un impôt exceptionnel de solidarité avait été créé pour venir en aide aux paysans (un impôt d'un milliard d'euros appelé Impôt sécheresse) et même l'armée avait été mobilisée pour venir en aide à ce secteur fragilisé. Le gouvernement de Jacques Chirac traite cette sécheresse comme le problème prioritaire de l'année. Le journal Le Monde daté de l'époque liste les nombreux effets de ce phénomène météorologique : la récolte de blé est dangereusement insuffisante, le bétail "manque de fourrage, les prix des fruits et légumes s'envolent (le kilo de tomates passe ainsi de 4,30 francs à 7,20 francs en une semaine, indique l'édition du 16 juin) et la production d'électricité d'origine hydrolique chute de 30 %". 

Un éleveur est oblige de nourrir un de ses taureaux avec des bananes par manque d'herbes, le 09 juillet 1976 près du Havre
Un éleveur est oblige de nourrir un de ses taureaux avec des bananes par manque d'herbes, le 09 juillet 1976 près du Havre
Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/