2 min de lecture Environnement

1,3 milliard de personnes menacées par les inondations en 2050

Une étude tire le signal d'alarme. Les villes et zones côtières sont très menacées.

Les inondations menaceront 1,3 milliard d'habitants en 2050.
Les inondations menaceront 1,3 milliard d'habitants en 2050. Crédit : YE AUNG THU / AFP
Nicolas Bamba

La Facilité mondiale pour la prévention des risques de catastrophes et le relèvement (GFDRR en anglais), ramification de la Banque mondiale, a publié un rapport alarmant lundi 16 mai quant à l'avenir des personnes vivant dans les villes et les zones côtières. FranceTVinfo a relayé l'information : en 2050, les inondations menaceront 1,3 milliard de personnes sur toute la planète. En outre, des biens pour une valeur de 158 000 milliards de dollars seront en péril à cette échéance.

Selon John Roome, directeur principal du GFDRR, "les villes et les zones côtières sont terriblement mal préparées aux genres de risques climatiques et de catastrophes auxquels notre monde est désormais confronté". La croissance démographique et les flux migratoires accroissent les risques. La Banque mondiale recommande aux villes de se doter d'infrastructures adaptées à ces menaces et de ne plus bâtir en zones inondables.

Paris n'est pas à l'abri

Durant la COP21 en France fin 2015, les risques encourus par les populations vivant dans des zones où sévissent cyclones et inondations ont été au coeur des débats. Le problème du manque d'information et de prévention avait été pointé et un programme d'alerte de 60 millions de dollars fut annoncé. En 2014, des chercheurs prévoyaient que le coût des inondations pourrait atteindre 23,5 milliards d'euros chaque année en 2050 rien qu'en Europe.

Le GFDRR a lancé un site web participatif baptisé "Think Hazard !" ("Penser aux dangers !") dont l'objectif est d'identifier les risques naturels à travers le monde et de déterminer comment les réduire au maximum. Exemples : Paris présente des risques "moyens" d'inondations et de pénuries d'eau et des risques "très faibles" de tremblements de terre et vis-à-vis des volcans. La ville de Londres est moins exposée (risques "faibles" d'inondations et "très faibles" pour les tremblements de terre, les pénuries d'eau et les volcans), alors que Los Angeles fait face à des risques "élevés" d'inondations et de tremblements de terre. Mexico est menacée par des risques "élevés" dans à peu près toutes les catastrophes possibles. "Les décisions que nous prenons aujourd'hui seront cruciales pour les catastrophes de demain", déclare au Huffington Post Francis Ghesquiere, directeur du secrétariat du GFDRR.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Inondations Climat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants