1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Yvelines : pris en charge en psychiatrie, un homme met le feu à l'hôpital
1 min de lecture

Yvelines : pris en charge en psychiatrie, un homme met le feu à l'hôpital

VU DANS LA PRESSE - D'abord placé en garde à vue à la suite de dégradations, l'homme avait été transféré à l'hôpital. Mais à la suite d'un défaut de surveillance, il s'est échappé et a déclenché 3 départs de feu.

Une voiture de police (illustration)
Une voiture de police (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Charlotte Diry

Lundi 29 novembre, un homme de 43 ans a déclenché trois incendies au sein du centre hospitalier François-Quesnay, à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, selon nos confrères du Parisien. Fort heureusement, ces départs de feu n'ont fait aucun blessé.

L'individu avait été interpellé et placé en garde à vue la veille alors qu'il dégradait volontairement l'entrée d'une banque. Mais le lendemain matin, l'homme avait dû être transporté à l'hôpital, à la suite d'une expertise psychiatrique : "À partir du moment où le discernement est aboli, ce n’est plus de notre ressort, il nous échappe totalement", a expliqué une source policière. 

Mais à la suite d'un défaut de surveillance, l'individu a réussi à s'enfuir de sa chambre en début de soirée. Il a alors mis le feu à plusieurs poubelles dans un local, puis dans une salle d'ostéopathie et enfin, dans une salle de radiologie. 

Au cours de son hospitalisation en psychiatrie il y a eu un défaut de surveillance et il est parti

Source policière

Cette dernière salle de 15m2 a totalement été détruite, ainsi que le matériel comme le scanner. De nouveau interpellé, l'homme de 43 ans a une nouvelle fois été placé en garde à vue. Avant d'être reconduit, une fois de plus, au centre hospitalier de Mantes-la-Jolie.

À écouter aussi

Selon Le Parisien, l'individu serait toujours pris en charge ce mardi 30 novembre, en attendant les résultats d'une seconde expertise psychiatrique. Originaire d'Italie, l'homme avait déjà fait l'objet d'un internement forcé il y a quelques mois à Cherbourg, dans la Manche.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/