1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Vosges : 20 à 25 ans de prison pour actes de torture et de barbarie
2 min de lecture

Vosges : 20 à 25 ans de prison pour actes de torture et de barbarie

Le tribunal d'Épinal a condamné quatre hommes et une femme à 20 et 25 ans de prison pour avoir torturé et mutilé un homme à mort en 2011.

Le palais de justice d'Épinal, le 12 novembre 2014 (archives).
Le palais de justice d'Épinal, le 12 novembre 2014 (archives).
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Quatre hommes et une femme ont été condamnés ce mercredi 11 février à Épinal à des peines allant de 20 à 25 ans de prison, pour avoir torturé et mutilé en 2011 un homme de 39 ans, mort ensuite de ses blessures.

Les jurés populaires de la cour d'assises des Vosges n'ont pas totalement suivi les réquisitions de l'avocat général, Jérôme Pauzat, qui avait réclamé 25 ans de réclusion pour l'ensemble des accusés, au motif qu'il lui était impossible "de départager dans l'horreur".

Deux des accusés ont été condamnés à 25 ans de réclusion criminelle, deux autres à 23 ans, et l'autre à 20 ans, au terme d'un délibéré de près de 8 heures.

Déchaînement de violence en groupe

La victime s'était rendue le 8 mai 2011 au domicile d'Arnaud Violant, à Moussey, où une dizaine de personnes l'attendaient.

À lire aussi

Au prétexte d'une dette futile, une partie du groupe s'en était d'abord pris à son véhicule, avant de le contraindre à regagner le domicile, où son ex-petite amie l'avait alors accusé de viol.

Cette révélation avait entraîné un déchaînement de violence de la part de tout le groupe. Eddy Guérin a été entièrement déshabillé, puis l'un des accusés a notamment tenté d'introduire un pied de chaise et un manche de marteau dans son rectum, selon l'enquête.

Laissé à l'agonie

Aujourd'hui âgés entre 23 et 44 ans, les bourreaux présumés avaient également uriné sur leur victime alors qu'elle était inconsciente, avant de la placer dans son véhicule, auquel ils avaient mis le feu. 

Eddy Guérin, toujours vivant, avait ensuite été traîné dans la forêt environnante. Le lendemain, l'un des accusés avait appelé les secours de manière anonyme pour les prévenir de la présence d'un homme agonisant dans les bois.

Eddy Guérin avait succombé dans l'ambulance d'une hémorragie cérébrale quelques minutes après sa découverte.

Un "traquenard" mis en place

"Ils l'ont laissé crever comme une bête", avait assené l'avocat général lors de son réquisitoire, mardi matin, en dépeignant des "monstres" et des "barbares" qui avaient "méconnu leur propre humanité".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/