1 min de lecture Propriétaires

VIDÉO - Toulouse : sous la pression des riverains, les squatteurs ont quitté la maison de Roland

DOCUMENT RTL - Grâce à l'aide de ses voisins, Roland, un octogénaire dont la maison est squattée depuis le mois de septembre à Toulouse, a vu les occupants quitter les lieux ce jeudi soir.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Toulouse : sous la pression des riverains, les squatteurs ont quitté la maison de Roland Crédit Image : Patrick Isson/RTL | Crédit Média : RTl | Durée : | Date : La page de l'émission
Patrick Isson édité par Quentin Marchal

C'est la fin d'un long cauchemar pour Roland. Cet octogénaire habitant à Toulouse, qui avait été chassé de sa maison par des squatteurs, a vu les habitants de sa demeure partir, ce jeudi 11 février, sous la pression des riverains. 

Ce dénouement inattendu, qui s'est déroulé vers 18h30, a vu la dizaine de squatteurs quitter, après négociations, la maison de Roland. Deux habitants du quartier, qui ont participé à cette opération, se félicitent qu'elle se soit déroulée dans le calme : "On a trouvé un accord entre voisins et entre gens respectueux pour les déloger de la maison squattée sans violences. Aujourd'hui, on encourage tout le monde à échanger et à comprendre ces personnes dans des situations difficiles".

"C'est plus qu'une réussite, ne serait-ce que pour Roland, on est bien content de ce qu'on a réussi à faire", ajoute l'un d'eux. La maison de Roland est désormais libre alors que certains riverains et une dizaine de policiers sont toujours présents sur les lieux.

>
Les squatteurs quittent la maison de Roland, le 11 février 2021 Crédit Média : Patrick Isson/RTL | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propriétaires Haute-Garonne Toulouse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants