1 min de lecture Val-de-Marne

Val-de-Marne : un homme roué de coups en protégeant une bouche d'incendie

Un habitant d'Orly a été admis à l'hôpital jeudi 22 juin après avoir tenté de dissuader des jeunes d'ouvrir une bouche d'incendie pour se protéger de la chaleur.

Une bouche d'incendie à Paris (Illustration)
Une bouche d'incendie à Paris (Illustration) Crédit : Laurent EMMANUEL / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

Vêtements en lin ou en coton, brumisateurs, climatiseurs... Chacun sa solution pour se protéger des fortes chaleurs qui ont assailli la France mi-juin. Mais certains ont trouvé une méthode plus radicale, au grand dam des autorités. En effet, il n'est pas rare d'apercevoir des cohortes de badauds se rafraîchir sous un geyser d'eau provenant d'une bouche d'incendie vandalisée. Une scène qu'un homme de 37 ans n'a pas supportée.

Jeudi 22 juin, en début de soirée, un habitant du quartier des Aviateurs, à Orly (Val-de-Marne) a tenté d'empêcher l'ouverture d'un poteau d'incendie par des jeunes. Mal lui en prit. Le bon samaritain a été roué de coups devant une soixantaine de riverains, notamment à l'aide d'une clé à molette, relatent nos confrères du Parisien. La victime a été admise au centre hospitalier intercommunal à Villeneuve-Saint-Georges. "Il ne peut toujours pas parler", s'est émue son épouse dans les colonnes du quotidien, au lendemain de l'agression.

1.000 geysers sauvages constatés en une semaine

Intervenues rapidement, les forces de l'ordre ont appréhendé non loin du lieu de l'infraction un jeune homme d'une vingtaine d'années, soupçonné d'avoir porté les coups de clés à molette, dont un à l'arrière du crâne. Défavorablement connu des services de police, le suspect a interdiction de porter une arme et de quitter le pays. Une enquête a été ouverte pour violences volontaires aggravées et vol en réunion.

Depuis le début de l'épisode de canicule, dimanche 18 juin, les sapeurs-pompiers ont recensé un millier d'ouvertures "sauvages" de bouches d'incendie à Paris et dans les trois départements de Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne. "Ces actes sont un problème pour les services de secours, ça encombre les lignes et ça crée une pénurie d'eau pour les interventions incendie. Il y a également un risque électrique en raison des geysers produits (si l'eau touche des lignes ou installations électriques notamment, ndlr)", s'est emporté un porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Val-de-Marne Violences Canicule
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants