3 min de lecture Islam

Une jeune salafiste conteste son interdiction de quitter la France

Une jeune fille radicalisée a contesté devant le tribunal administratif de Paris son interdiction de quitter le territoire, alors que l'Etat craint un départ pour le jihad.

Une femme voilée au tribunal de police de Paris. (illustration)
Une femme voilée au tribunal de police de Paris. (illustration) Crédit : DUPUY FLORENT/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang
et AFP

Protection des mineurs ou déni de justice ? Une jeune salafiste française a contesté devant le tribunal administratif de Paris son interdiction de quitter le territoire mardi 4 octobre. La plaignante dénonce une mesure "contre-productive", alors que l'État craint un départ pour une terre de jihad. Vêtue d'un jilbab (voile très ample), gantée de noir, Chloé (prénom d'emprunt) a désormais 18 ans et dit vouloir "vivre libre". Cette jeune Française s'est convertie il y a deux ans à l'islam et a vite épousé le courant salafiste, qui prône "la rigueur des premiers temps, de l'époque du prophète", explique-t-elle. 

Devant le tribunal, elle a affirmé avoir voulu gagner l'Arabie saoudite, parce qu'elle "se sent mal" en France et assure qu'elle "rejette Daech", le groupe jihadiste Etat islamique qui a revendiqué une série d'attentats meurtriers en France depuis début 2015. Elle nie avoir "jamais voulu rejoindre la Syrie" ou un quelconque théâtre de guerre.

Je me sens comme en prison.

Chloé, devant le tribunal le 4 octobre
Partager la citation

Ce n'est pourtant ni l'avis de sa mère, ni celui du gouvernement. La première a signalé sa fille pour "radicalisation soudaine" le 29 septembre 2015, trois jours avant ses 18 ans. Le second a pris un arrêté d'interdiction de sortie du territoire le 15 octobre, jugeant sérieux les "risques de départ à l'étranger pour participer à des activités terroristes". Une mesure d'interdiction renouvelée six mois plus tard et que la jeune femme conteste, craignant de la voir reconduite "à perpétuité". "Je me sens comme en prison", dit-elle à la barre. 

Elle ne comprend pas l'attitude de l'État qui, dit-elle, la "prive de papiers" et contribue à son "isolement". Le genre de politique qui "peut pousser des gens à aller vers Daech", accuse-t-elle. Son avocat, Emmanuel Ludot, dénonce un arrêté "dangereux, presque scélérat" qui fait de sa cliente une "proie possible". Il fustige aussi les méthodes du gouvernement, qui "se fonde sur la parole d'une mère en conflit avec sa fille". Quelques jours avant l'arrêté, Chloé, scolarisée dans un lycée catholique de Reims, avait quitté son domicile avec passeport et valises. Elle avait été retrouvée au lendemain de sa fugue dans un appartement de Saint-Étienne "chez des personnes radicalisées" selon le ministère de l'Intérieur.

À lire aussi
justice
Jihadistes en Irak : "La France avait la compétence pour les juger", estime Brisard

"J'avais appelé ma mère le matin même. Pour la rassurer. Mais c'est vrai que je ne voulais pas rentrer à la maison", plaide la jeune femme. Pour le représentant du ministère, l'affaire est limpide : il décrit "une jeune femme dont la radicalité ne fait pas de doute", qui a "traité les Français de mécréants", qui "se promène sur la voie publique en voile intégral en violation de la loi", prête à quitter son domicile "pour se marier avec un inconnu".

Une proie vulnérable pour les recruteurs

"Cela témoigne d'une grande vulnérabilité" et justifie, assure-t-il, la mesure d'interdiction de sortie du territoire. Une analyse partagée par le rapporteur public - dont le rôle est de dire le droit et dont les avis sont généralement suivis par le tribunal - qui a estimé la procédure parfaitement légale. Le tribunal rendra sa décision le 18 octobre. Chloé affirme avoir "pour le moment renoncé à partir". "Je respecte les lois de la République", assure-t-elle à la presse. Mais alors, pourquoi sortir dans la rue intégralement voilée ? Elle hésite, puis répond : "Je respecte les lois de la République sur ce qui ne contredit pas la religion." 

Au 31 juillet 2016, alors que la France vit sous une menace terroriste sans précédent, la Chancellerie avait recensé près de 900 jeunes suivis ou poursuivis : 179 poursuivis dans le cadre d'affaires en lien avec le terrorisme, 189 recensés au titre de la protection de l'enfance pour risque de radicalisation, 364 suivis car présentant des signes de radicalisation et 146 suivis en raison de la radicalisation de leurs parents.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Islam Justice Islamisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants