1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tout ce qu'il faut savoir sur les voitures radars privées étendues dans le pays
2 min de lecture

Tout ce qu'il faut savoir sur les voitures radars privées étendues dans le pays

Déjà présents dans quatre régions, ces flashs invisibles vont progressivement se répandre à travers le territoire.

Un radar automatique dégradé sur l'A2 (Illustration)
Un radar automatique dégradé sur l'A2 (Illustration)
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Des radars embarqués dans des voitures de particuliers ?
03:04
Christophe Bourroux
Christophe Bourroux
Journaliste

C'est un gros coup d'accélérateur sur les radars embarqués : depuis le début de l'année, des radars installés dans des voitures banalisées arrivent dans de nombreuses régions. Particularité, ces véhicules sont de plus en plus souvent conduits par des chauffeurs privés.


Après une période de test commencée en 2018, les radars embarqués pilotés par des chauffeurs privés sont en train de s'étendre partout en France. L'État met clairement le turbo : après les 83 voitures déjà en service, en NormandieBretagne, Centre-Val-de-Loire, Pays de la Loire, 120 nouveaux véhicules sont en train de rejoindre les effectifs dans quatre autres régions : Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Hauts-de-France et Nouvelle-Aquitaine. 

Au final, d'ici à la fin de l'année, on comptera pas moins de 450 véhicules de ce genre. Véhicules qui sont plus efficaces que ceux conduits par les policiers ou gendarmes, car ils roulent davantage, jusqu'à 5 h 30 par jour contre 1 h 45 avec les forces de l'ordre, et ce y compris le week-end. C'est pour cela qu'on les surnomme déjà les mitraillettes de la route !

Des flashs invisibles

Difficile, voire impossible, de savoir si l'on a été pris en excès de vitesse, puisque les flashs de ces voitures banalisées sont invisibles. Ils sont capables de vous repérer si vous les doublez, mais aussi si vous venez dans le sens inverse de la circulation.

À lire aussi

En revanche il y a un seuil de tolérance supérieur au radar classique : de 10 kilomètres/heure au lieu de 5 en dessous de 100 kilomètres/heure et de 10 % au-delà. Par exemple, si vous êtes contrôlé à 144 kilomètres/heure sur l'autoroute, la vitesse retenue est donc ramenée à 131 kilomètres/heure.

Qui sont ces chauffeurs privés ?

Les conducteurs doivent être titulaires du permis depuis trois ans, et avoir au moins dix points sur le permis. Salaire : 22.000 euros par an. Ces chauffeurs ne peuvent en aucun cas vous arrêter ou même décider de l'itinéraire. Il suivent une boucle GPS définie à l'avance.

Cette cadence pourrait faire exploser le nombre de PV, passant de 1,5 à 12 millions par an selon une  projection de l'association “Ligue de Défense des Conducteurs”. Une voiture radar conduite par un salarié d'une entreprise privée rapporterait 130 euros par heure, quatre fois et demi plus qu'un véhicule piloté par un gendarme.

Pour la sécurité routière, il ne s'agit pas d'un jackpot, mais bien d'un plus pour la sécurité. Les routes sur lesquelles seront mobilisés ces radars embarqués ne sont pas choisies par les sociétés, explique-t-on, mais bien par la direction de la sécurité routière en association avec les préfectures et en fonction des endroits où il y a le plus d'accidents. Cela va aussi permettre aux forces de l'ordre de se concentrer sur d'autres tâches, notamment les contrôles d'alcoolémie et de stupéfiants.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/