2 min de lecture Tirs dans un Thalys

Tirs dans un Thalys : les images du suspect menotté et pieds nus font polémique

Des médias ont diffusé les images d'Ayoub El Khazzani, lors de son arrivée au palais de justice de Paris, pieds nus, yeux bandés et menotté.

La police dans la gare de Arras au lendemain des tirs dans le Thalys, le 22 août
La police dans la gare de Arras au lendemain des tirs dans le Thalys, le 22 août Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Mis en examen dans la nuit du mardi au mercredi 26 août pour tentatives d'assassinats à caractère terroriste dans le Thalys 9364 qui reliait Amsterdam à Paris, Ayoub El Khazzani avait été déféré quelques heures plus tôt au Palais de justice de Paris pour être présenté à un juge d'instruction. À son arrivée au tribunal, l'homme de 25 ans, escorté par des policiers encagoulés, était pieds nus, les yeux bandés, menotté dans le dos et vêtu d'un pyjama bleu clair.

Cette scène a été filmée par une équipe d'iTELE puis diffusée avec un floutage sur les menottes du suspect. La une du journal Le Figaro affiche également une de ces images, reprises sur la chaîne d'information en continu, mais les entraves ne sont pas visibles.

Amende de 15.000 euros

La législation française interdit pourtant de diffuser les images d'une personne identifiable lorsqu'elle est menottée et qu'elle ne fait pas l'objet d'une condamnation. L'article 35 ter de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse indique en effet que, "sans l'accord de l'intéressé", la diffusion de telles images peuvent donc faire l'objet de poursuites et valoir une amende de 15.000 euros.

Face à la polémique, iTELE défend son choix éditorial. "Il n’y a pas eu de débat dans la rédaction, qui a estimé que la valeur informative du document était très forte", a expliqué la chaîne au journal Le Monde. Mais cela pourrait ne pas empêcher l'avocat d'Ayoub El Khazzani d'engager des poursuites. "Je trouve cela scandaleux et honteux. Quelle que soit la nature des faits qui lui sont reprochés, on ne doit pas tomber dans un traitement inhumain et dégradant", a fait savoir Mani Ayadi au micro de RTL.

À lire aussi
La police dans la gare de Arras au lendemain des tirs dans le Thalys, le 22 août terrorisme
Attentat du Thalys : une reconstitution prévue mercredi dans le plus grand secret

Ce débat sur la diffusion de ce type d'images avait déjà fait grand bruit lors de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn aux États-Unis, dans l'affaire du Sofitel de New York. Plusieurs médias français avaient repris les images des télévisions américaines, qui ne sont pas soumis aux mêmes obligations, montrant l'ancien directeur du FMI être conduit dans une voiture de police avec des menottes. Aucune poursuite n'avait été engagée mais le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait mis en garde les chaînes françaises.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tirs dans un Thalys Terrorisme Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants