1 min de lecture Montpellier

Tentative de meurtre sur deux Roms : "Je n'ose pas les regarder", lance l'accusé

REPLAY / REPORTAGE - René Galinier est accusé de tentative de meurtre sur deux jeunes Roms surprises en train de cambrioler sa maison, près de Montpellier.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Tentative de meurtres sur deux Roms : "Je n'ose pas les regarder", lance l'accusé Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : Aline Thibal | Durée : | Date : La page de l'émission
Aline Thibal et Valentin Chatelier

Cheveux gris, polo rayé, le septuagénaire comparait depuis mercredi 1er juillet pour tentative de meurtre devant les assises de l'Hérault. Le 5 août 2010, il a en effet ouvert le feu sur deux jeunes Roms, âgées alors de 11 et 20 ans, découvertes par le retraité en train de fouiller sa maison.

L'homme âgé de 78 ans a tenté de justifier son geste. "Je n'ai pas eu de chance, ça aurait pu arriver chez ma voisine. Malheureusement, c'est arrivé chez moi", a expliqué René Galinier. Un "manque de chance" qui l'aurait fait ouvrir le feu avec son fusil de calibre 12, d'abord sur la plus âgée puis sur la plus jeune, âgée de 11 ans. Il a également donné un coup de crosse à cette dernière.

Aujourd'hui, ses avocats plaident la "peur panique" et l'accusé multiplie les regrets. "Je n'ose pas les regarder parce que j'ai de la peine" a-t-il expliqué. Le retraité a également ajouté qu'il regrettait de les avoir blessées, "malheureusement pour elles".

Ça ne va pas me passer de toute ma vie, jusqu'à ma mort je vais avoir le souvenir de ce monsieur

Marina, une des deux Roms visées par les coups de feu
Partager la citation

De leur côté, les avocats des jeunes filles ne croient pas à ces regrets. Marina, blessée au moment des faits et désormais âgée de 25 ans, aura des séquelles à vie. "Il m'a regardé, je lui ai dit 'non non, je t'en prie ne fais pas ça' et il a tiré quand même", a résumé la jeune femme. 

À lire aussi
Montpellier, dans l'Hérault La République En Marche
Montpellier : la permanence du député LaREM Patrick Vignal de nouveau dégradée

Elle regrette de ne pas avoir été arrêtée et mise en prison. "Ça ne va pas me passer de toute ma vie, jusqu'à ma mort je vais avoir le souvenir de ce monsieur. J'aurais préféré avoir 5 ans de prison et puis sortir mais au moins j'aurais été en bonne santé", a-t-elle fait remarquer. Le procès doit se conclure vendredi 5 juillet. L'accusé encourt jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Montpellier Justice Procès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants