1 min de lecture Gendarmerie

Strasbourg : une gendarme de 31 ans se suicide dans son appartement de fonction

VU DANS LA PRESSE - Une gendarme, âgée de 31 ans, s’est donnée la mort dans son appartement de fonction à Strasbourg. D’après ses collègues, rien ne laissait penser que la militaire était en souffrance.

Un gendarme (Illustration)
Un gendarme (Illustration) Crédit : ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Rien ne laissait penser que la militaire vivait une telle détresse, rapportent les membres de la gendarmerie départementale du Bas-Rhin. Et pourtant, cette gendarme, âgée de 31 ans, s'est suicidée avec son arme de service. Elle s’est donnée la mort à son domicile situé dans une caserne à Strasbourg. La veille, elle participait à une soirée avec ses amis. 

Alarmés par son absence le matin du mardi 15 septembre, ses collègues se sont rendus au domicile de la jeune femme où ils ont découvert son corps sans vie. Originaire de Bretagne, la gendarme avait tout d’abord travaillé pendant sept ans à la brigade de Sainte-Marie-aux-Mines. Elle avait ensuite pris ses fonctions à Strasbourg, à la cellule renseignement du groupement de gendarmerie départementale du Bas-Rhin, le 1er août dernier. 

Son geste reste pour l’heure inexpliqué d’après la cellule de communication de la gendarmerie du Bas-Rhin. "Souriante, travailleuse et consciencieuse", la gendarme "avait participé la veille du drame à une soirée où rien dans son attitude n'avait pu laisser penser à cette issue dramatique”, détaille France 3.

Deuxième suicide depuis le début de l'année

Aucun signe non plus du côté de la cellule de soutien psychologique de la gendarmerie, puisque l’officier n’avait pas fait appel à leurs services. Leurs équipes sont désormais mobilisées pour soutenir ses collègues, encore très choqués par sa disparition. Par ailleurs, la brigade de recherche de la gendarmerie de Strasbourg est en charge de l’enquête pour déterminer les circonstances du drame. 

À lire aussi
Un scientifique effectue un prélèvement ADN (Illustration). police
"Cold case" : comment la police enquête sur les dossiers criminels non-élucidés

C’est la deuxième fois que la gendarmerie en Alsace est endeuillée par un suicide depuis le début de l’année 2020. Fin août, un gendarme adjoint volontaire, âgé de 19 ans, s’était donné la mort dans les locaux de la brigade territoriale de Colmar. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gendarmerie Suicide Mort
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants