1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Saint-Lary : une colonie de vacances dégénère, les enfants renvoyés chez eux
2 min de lecture

Saint-Lary : une colonie de vacances dégénère, les enfants renvoyés chez eux

VU DANS LA PRESSE - Un organisateur de colonie de vacances a dû mettre fin au séjour des enfants en raison de la violence de certains d'entre eux.

Des enfants en colonie de vacances (illustration)
Des enfants en colonie de vacances (illustration)
Crédit : AFP/Archives, Remy Gabalda
Charlène Slowik

C'est une décision radicale et inédite qui a été prise par les organisateurs d'une colonie de vacances à Saint-Lary dans les Hautes-Pyrénées. Ils ont décidé de renvoyer les enfants et les adolescents chez eux avant la fin de la colonie en raison de la violence verbale, des intimidations et des dégradations causées par certains d'entre eux.

Jean-François Arrivé-Beylot, organisateur de colonies de vacances depuis 22 ans pour la Fédération charentaise des œuvres laïques, en est encore "secoué". Pourtant, chaque année l'organisation du séjour est bien rodée. Des dizaines d’enfants de Charente, de 7 à 15 ans, partent prendre l’air à la montagne, été comme hiver, et retrouvent sur place des jeunes d’Occitanie, selon les précisions de France info.

Mais cette année, un imprévu est venu s'immiscer dans le séjour dès le début de la colonie de vacances. "On a reçu des jeunes qui n’avaient rien à faire sur ce type de séjour traditionnel, encadré par des animateurs diplômés BAFA", explique Jean-François Arrivé-Beylot. "On a dû faire face à une violence verbale de la part de jeunes qu’on n’a pas l’habitude d’avoir", poursuit-il.

En effet, dès le premier soir, des problèmes de discipline éclatent. "Les enfants ont mis un peu le bazar mais ensuite certains jeunes ont fait dégénérer la soirée", rapporte l'organisateur. D'après lui, les jeunes turbulents concernés seraient des adolescents venus d’Occitanie, âgés de 13 à 15 ans.

À lire aussi

Dès le 2e jour de vacances, les animateurs décident de faire appel aux gendarmes et vont exclure deux jeunes de la colonie. "Mais là, ça a plutôt envenimé la situation", raconte Jean-François Arrivé-Beylot. Partis camper avec les 90 jeunes dans la montagne, les animateurs alertent leur direction à leur retour sur les difficultés à canaliser certains adolescents face à leurs violences verbales et aux intimidations.

Un manque d'informations

À cela s’ajoute des dégradations du bâtiment. Les gendarmes sont appelés une deuxième fois sur les lieux et cette fois, l'organisateur prend la décision radicale de renvoyer tous les enfants de la colonie, mettant fin aux vacances de tous les enfants. Les départs sont organisés en urgence dans la journée du 10 août, la colonie devait prendre fin le 16 août. 

Jean-François Arrivé-Beylot dénonce par ailleurs un manque d'information sur les jeunes inscrits de la part de la Caf, biais par lequel les parents inscrivent leurs enfants à la colonie. Il estime que certains enfants ont besoin d'éducateurs spécialisé. De son côté, la Caf de la Haute-Garonne répond qu'elle s'occupe seulement de financer le projet de départ en vacances.

L’affaire est suivie par le parquet de Tarbes car une plainte a été déposée par les organisateurs suite à la dégradation d’une dalle de faux plafond. Aucune constatation d’agression physique ou de violence sexuelle n’a été faite.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/