2 min de lecture Justice

Procès Kabou : accusée d'avoir tué sa fille de 15 mois, Fabienne Kabou sème le trouble

REPORTAGE - Le procès de Fabienne Kabou, accusée d'avoir tué sa fille en l'abandonnant sur une plage de Berck-sur-Mer à marée montante en 2013, a débuté lundi devant la cour d'assises de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Procès Kabou : l'accusée aux deux visages sème le trouble Crédit Image : BENOIT PEYRUCQ / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert et La rédaction numérique de RTL

Fabienne Kabou est jugée depuis lundi 20 juin pour l'assassinat de son bébé, abandonné en 2013 sur un plage à marée montante. Ce jour de novembre 2013, cette femme de 39 ans fait le trajet depuis la région parisienne jusqu'à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) pour noyer la petite Adélaïde, âgée de 15 mois. Il s'agissait d'un bébé fantôme, jamais inscrit à l'état civil et donc sans existence légale. Devant la cour d'assises du Pas-de-Calais, à Saint-Omer, plus l'accusée se dévoile, plus elle semble insaisissable.

Il y a d'abord la première impression : la femme dans le box dégage une certaine aura avec ses traits fins, un port altier et sa voix qui tient toute la salle en haleine. Au cours de l'audience, elle déroule sa vie avec une douceur infinie.

Ce que j'ai fait n'a aucun sens

Fabienne Kabou
Partager la citation

Mais très vite, sa noirceur pointe, ce qu'elle appelle sa tempête intérieure. L'accusée se braque et son ton se fait soudain plus dur quand on évoque les mois qui ont précédé sa grossesse. Fabienne Kabou vit alors en vase clos, vient d'arrêter ses études de philosophie et ne voit plus personne en dehors de son compagnon. Elle se "retire du monde", dit-elle.

L'audience entrouvre alors la porte sur sa folie. L'accusée raconte les bruits et les visions qui la hantent depuis plusieurs années. Elle décrit les murs qui tonnent, sa tête lourde, ses pieds paralysés. C'est elle, la lettrée, qui parle d'un sort de sorcellerie vaudou qu'on lui aurait jeté. Est-ce pour se protéger d'une réalité plus crue ? Tout le paradoxe Kabou est là. "Ce que j'ai fait n'a aucun sens", murmure-t-elle à la cour. "Donner son bébé qu'on aime à la mer, cela n'a aucune prise avec le réel. Quelqu'un d'intelligent n'aurait jamais fait ça. Et pourtant, on dit que je suis intelligente", poursuit-elle. Les experts psychiatres sont attendus mardi à la barre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Infanticide Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants