4 min de lecture Procès

Procès Bendaoud : Youssef Aït Boulahcen, "le plus inquiétant", selon le procureur

RÉCIT - Lors de son réquisitoire, Nicolas Le Bris a mis l'accent sur le troisième prévenu, le seul à comparaître libre, et poursuivi pour non-dénonciation de crimes terroristes. Le vice-procureur de la République a requis la peine maximale.

Le tribunal correctionnel de Paris (illustration justice)
Le tribunal correctionnel de Paris (illustration justice) Crédit : JOEL SAGET / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

C'est avec Youssef Aït Boulahcen que le procureur a été le plus sévère. Mardi 6 février, Nicolas Le Bris a rendu ses réquisitions concernant les trois prévenus dans l'affaire du logement des terroristes du 13 novembre 2015 : Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah poursuivis pour recel de malfaiteurs terroristes, et Youssef Aït Boulahcen pour non-dénonciation de crimes terroristes.

"L'enjeu de ce procès pour l'institution judiciaire est important, un des prévenus est très médiatisé, c'est l'affaire dont on parle beaucoup dans les médias. On doit prendre du recul et ne pas se laisser duper ou impressionner par les nombreuses images à la télévision. Pour moi, le plus médiatique, n'était pas le plus inquiétant, loin de là". C'est là que le procureur de la République commence à pointer le troisième prévenu - le seul à comparaître libre. 

Pour moi, le plus médiatique, n'était pas le plus inquiétant, loin de là

Nicolas Le Bris, vice-procureur de la République
Partager la citation

Lors de son interrogatoire, Youssef Aït Boulahcen, frère d'Hasna et cousin d'Abdelhamid Abaaoud, a tenté de convaincre qu'il n'était ni au courant de la présence de son cousin en France ni de ses projets d'attentats futurs à La Défense. 

À lire aussi
Jean-Vincent Placé à la sortie du tribunal mercredi 11 juillet 2018 justice
Jean-Vincent Placé : 6 mois de prison avec sursis requis contre l'ancien secrétaire d'État

Mais de nombreuses pièces du dossier pointent vers une pratique rigoriste de la religion musulmane, ce qui ne semble pas aller dans son sens. Des documents sur l'établissement d'un califat, trois lions sur son profil Skype, ses amis qui le surnomment "soldat de Daesh", des photos d'Abdelhamid Abaaoud sur son iPhone 6, de la propagande antisémite, et des déclarations privées clairement homophobes... "Des éléments que l'on retrouve dans les dossiers de filières et de départs pour la Syrie", résume Nicolas Le Bris. 

Youssef Aït Boulahcen, un personnage qui fait froid dans le dos

Nicolas De Bris, vice-procureur de la République
Partager la citation

Le procureur a demandé la peine maximale - cinq ans de prison avec demande de mandat de dépôt - pour celui qu'il considère comme "le plus inquiétant" du dossier. "Pour moi, c'est le procès de Youssef Aït Boulahcen". Il pointe la "radicalisation" du prévenu et estime que ce dernier est dans "la dissimulation", "la dangerosité du personnage est notoire". "C'est quelqu'un qui, pour le coup, adhère parfaitement à l'idéologie de l'État islamique (...) C'est un personnage qui fait froid dans le dos", conclut-il.

Il n'est cependant pas poursuivi pour "association de malfaiteurs terroristes". Et le délit de radicalisation n'existe pas. Il est jugé pour avoir, ou non, couvert la présence des terroristes en France et leurs projets macabres. Et son avocat démontre, dans sa plaidoirie, qu'il ne pouvait pas savoir, en s'appuyant sur des pièces du dossier. Notamment sur un appel d'Hasna Aït Boulahcen vers son frère, juste après avoir eu Mohamed Belkaïd alors en Belgique. 

Si l'accusation a répété qu'à ce moment-là le commanditaire des attentats du 13 novembre avait informé la jeune femme de la présence d'Abdelhamid Abaaoud dans le buisson de Saint-Denis, et qu'elle l'a forcément dit à son frère, maître Florian Lastelle montre que Hasna elle-même ne savait pas. "Youssef était dans l'impossibilité absolue de savoir, d'être au courant", martèle son avocat.

C'est quelqu'un qui respecte à la lettre les lois de la République

Maître Florian Lastelle, avocat de Youssef Aït Boulahcen
Partager la citation

Cet ambulancier au casier judiciaire vierge et "à l'intégration parfaite" n'a surtout, selon son avocat, "aucun lien avec la Syrie". Si sa sœur a déjà fait part de ses envies de jihad ou de mariage avec Abdelhamid Abaaoud, lui a crié dans la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris que "l'on ne choisit pas sa famille. Aucune personne dans cette salle n'a choisi l'utérus duquel il est sorti". "On est toujours l'extrémiste de quelqu'un et le laxiste d'un autre", avait-il encore argumenté.

"C'est quelqu'un qui respecte à la lettre les lois de la République, ajoute Florian Lastelle qui dénonce l'amalgame : le seul fait de consulter des fichiers est suspect. Ce sont quelques phrases que l'on instrumentalise", poursuit-il sur ses déclarations choisies sur les homosexuels ou la police. "Est-ce que ce n'est pas humain, quand on parle avec son ami, d'avoir des propos bien exagérés ?", défend-il encore. 

Je suis honoré d'avoir défendu Youssef Aït Boulahcen, je vous demande de le relaxer

Maître Florian Lastelle, avocat de Youssef Aït Boulahcen
Partager la citation

On lui reproche de ne pas avoir dénoncé. Et pour maître Lastelle, "ce qui a manqué à Youssef Aït Boulahcen pour aller à la police : avoir vu Hasna, Abaaoud et les informations dont disposait Sonia". Sonia (le prénom a été changé) est la personne qui a permis l'arrestation des jihadistes avant un nouvel attentat prévu à La Défense. 

Son client "ne peut avoir une connaissance du projet à venir, et encore moins une connaissance précise du projet". "Alors si on parle plutôt de non-dénonciation de malfaiteurs terroristes, l'immunité familiale s'applique", argumente encore l'avocat avant de conclure : "Je suis honoré d'avoir défendu Youssef Aït Boulahcen, je vous demande de le relaxer".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Justice Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792161715
Procès Bendaoud : Youssef Aït Boulahcen, "le plus inquiétant", selon le procureur
Procès Bendaoud : Youssef Aït Boulahcen, "le plus inquiétant", selon le procureur
RÉCIT - Lors de son réquisitoire, Nicolas Le Bris a mis l'accent sur le troisième prévenu, le seul à comparaître libre, et poursuivi pour non-dénonciation de crimes terroristes. Le vice-procureur de la République a requis la peine maximale.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-jawad-bendaoud-youssef-ait-boulahcen-le-plus-inquietant-selon-le-procureur-7792161715
2018-02-07 14:53:27
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ZC4dv1OpBQ7yrgLWy8u60g/330v220-2/online/image/2017/0913/7790073253_le-tribunal-correctionnel-de-paris-illustration-justice.jpg