3 min de lecture Procès

Procès Jawad Bendaoud : Stéphane Peu est "une honte pour la République", accuse un avocat

Maître Mouhou défend 52 personnes qui habitaient au 48, rue de la République, à Saint-Denis. L'avocat a directement mis en cause l'ancien maire adjoint communiste de la ville, désormais député, dans la souffrance de ses clients.

Stéphane Peu, député de Seine-Saint-Denis à l'Assemblée nationale en novembre 2017 (archives)
Stéphane Peu, député de Seine-Saint-Denis à l'Assemblée nationale en novembre 2017 (archives) Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Les avocats des parties civiles ont fini de défendre leurs clients. Leurs plaidoiries se sont terminées lundi 5 février avec celle de maître Mouhou, dans le procès de Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah pour recel de malfaiteurs terroristes et Youssef Aït Boulahcen pour non dénonciation de crimes terroristes. Tous ceux qu'il défend, à ses yeux, sont des victimes directes ou indirectes des attentats du 13 novembre 2015.

Pour lui, elles sont directement victimes de l'assaut du 18 novembre qui a permis la neutralisation d'Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh qui se cachaient au troisième étage du 8, rue du Corbillon, en compagnie d'Hasna Aït Boulahcen. Un assaut qu'il qualifie encore d'acte terroriste.

Et dans sa plaidoirie, l'avocat qui défend 52 personnes dans ce dossier, s'en est pris à la mairie de Saint-Denis. Il parle de ses clients - les habitants du 48, rue de la République - comme "des victimes oubliées" à qui on a répondu qu'il "n'y a pas d'infraction pour vous", qui n'ont pas été prises en charge psychologiquement. "Comme il n'y a pas eu de prise en charge, il y a eu une aggravation et une consolidation des traumatismes", poursuit celui qui dit défendre des "citoyens de seconde zone".

À lire aussi
Jean-Vincent Placé à la sortie du tribunal mercredi 11 juillet 2018 justice
Jean-Vincent Placé : 6 mois de prison avec sursis requis contre l'ancien secrétaire d'État

La mairie de Saint-Denis vient amputer ces familles d'une partie de leur histoire

Maître Mouhou, avocat de parties civiles au procès Jawad Bendaoud
Partager la citation

"Les victimes du 48 n'ont rien demandé non plus. On n'a pas seulement délogé des terroristes, mais des locataires heureux." Et d'ajouter : "La mairie de Saint-Denis vient volontairement amputer ces familles d'une partie de leur histoire (...) On vient nous dire que la mairie a fait ce qu'il fallait, non !", s'insurge maître Mouhou. 

Il rappelle les préjudices subis. Un de ses clients qui a perdu l'audition à 50%, les enfants traumatisés par les cartouches (plus de 1.200 ont été tirées) qui tombaient à côté de leur visage alors qu'ils étaient couchés sous leur lit, la petite de cinq ans, raconte l'avocat, qui "gratte les murs avec ses ongles pour pas que ça recommence" ou encore cette partie civile qui est toujours à l'hôtel, depuis plus de deux ans...

J'en veux énormément à cette municipalité

Maître Mouhou, avocat de parties civiles au procès Jawad Bendaoud
Partager la citation

"J'en veux énormément à cette municipalité, poursuit maître Mouhou. Une municipalité qui a stigmatisé" et qui aurait, selon l'avocat, qualifié l'immeuble d'"immeuble des terroristes". C'est surtout Stéphane Peu, l'ancien adjoint au maire de Saint-Denis, désormais député, qui est dans le viseur car il a désigné des personnes comme coupables, dans la presse, alors qu'elles ne sont pas poursuivies dans le dossier.

L'élu a en effet déclaré, dans Le Parisien du 19 novembre 2015 : "Cet appartement appartient à deux frères (...) que nous avions signalés au procureur de la République comme marchands de sommeil". Deux frères dont il donne les prénoms et dont Jawad Bendaoud, selon lui, aurait été l'homme de main. Pourtant, les deux hommes ne connaissent pas le prévenu, qui ne les connait pas non plus, comme il l'a affirmé au tribunal. "Stéphane Peu désigne des cibles, s'indigne maître Mouhou. Stéphane Peu est une honte pour notre République."

Qu'il (Stéphane Peu) vienne me faire un procès en diffamation, je l'attends

Maître Mouhou, avocat de parties civiles au procès Jawad Bendaoud
Partager la citation

Il poursuit : "Qu'il vienne me faire un procès en diffamation, je l'attends ! Moi je l'aurais poursuivi pour accusation calomnieuse", ajoute l'avocat. Il précise qu'à l'époque, il n'était pas l'avocat de ces deux frères, aujourd'hui ses clients. "Ce n'est pas prescrit, je le rassure".

"Je pensais qu'il allait au moins venir, mais il se débine, il n'est même pas là. Mon client, tout ce qu'il voulait, c'était des excuses. Moi je demande de laver l'honneur des victimes du 48 par le droit", insiste encore maître Mouhou.

Je pensais qu'il allait au moins venir, mais il se débine, il n'est même pas là

Maître Mouhou, avocat de parties civiles au procès Jawad Bendaoud
Partager la citation

Avant lui, un de ses confrères, avocat du syndicat de la copropriété de l'immeuble du 48, rue de la République, a fait état d'un rapport de la mairie, datant du 20 novembre 2015 - soit deux jours après l'assaut - et qualifiant l'immeuble de d'insalubre, d'endetté et surtout, de "nid à terroristes", énumérant les preuves qui démontent ces conclusions.

"Les propriétaires, les locataires, ont été traités comme les prévenus ! Comme s'ils avaient accepté de vivre dans un 'nid à terroristes'", a plaidé l'avocat venu appuyer la plaidoirie de son confrère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Justice Attentats à Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792139196
Procès Jawad Bendaoud : Stéphane Peu est "une honte pour la République", accuse un avocat
Procès Jawad Bendaoud : Stéphane Peu est "une honte pour la République", accuse un avocat
Maître Mouhou défend 52 personnes qui habitaient au 48, rue de la République, à Saint-Denis. L'avocat a directement mis en cause l'ancien maire adjoint communiste de la ville, désormais député, dans la souffrance de ses clients.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-jawad-bendaoud-stephane-peu-une-honte-pour-la-republique-accuse-un-avocat-7792139196
2018-02-05 18:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DHmIfSWGWEC79CKGdUbrbA/330v220-2/online/image/2018/0205/7792139338_stephane-peu-depute-de-seine-saint-denis-a-l-assemblee-nationale-en-novembre-2017-archives.jpg