1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès d'Outreau : "L'avocat général a dit la vérité. Il a compris que j'étais innocent", dit Daniel Legrand
1 min de lecture

Procès d'Outreau : "L'avocat général a dit la vérité. Il a compris que j'étais innocent", dit Daniel Legrand

REPLAY / REPORTAGE - L'avocat général a plaidé pour l'acquittement de Daniel Legrand, accusé de viols sur mineurs.

Daniel Legrand le 3 juin 2015 devant la cour d'assises des mineurs de Rennes
Daniel Legrand le 3 juin 2015 devant la cour d'assises des mineurs de Rennes
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Procès d'Outreau : L'avocat général a dit la vérité. Il a compris que j'étais innocent", dit Daniel Legrand
01:43
La rédaction numérique de RTL & Cindy Hubert

Daniel Legrand, accusé de viols sur mineurs dans le cadre du nouveau procès de l'affaire d'Outreau, a entendu avec beaucoup d'émotion l'avocat général demander à ce qu'il soit acquitté. "L'avocat général a dit la vérité. Il a compris que j'étais innocent. C'était émouvant. Je n'attendais que ça", a-t-il commenté. Cette plaidoirie de l'avocat général ne s'est pas faite au bénéfice du doute mais bien parce qu'il a la conviction que Daniel Legrand est innocent.

Au cours d'une démonstration fine et méthodique de plus de deux heures, l'avocat général a marché comme un funambule sur le vide du dossier. "Dans cette affaire, il n'y a rien contre Daniel Legrand", a-t-il notamment affirmé, pointant la pile monumentale en face de lui : les 37 tomes du dossier d'Outreau. Le magistrat regarde Jonathan Delay sur le banc des parties civiles : "Vous et vos frères n'aviez jamais accusé Daniel Legrand. Pourquoi aujourd'hui ? Vous ne mentez pas, non, mais vous vous trompez. Vous avez été traumatisés. Ces flashes, ces images, ce sont des souvenirs reconstruits".

Jonathan quitte la salle, écœuré. "Il est temps que Daniel Legrand retrouve sa vie", conclut l'avocat général. Il regarde les jurés : "Je vous demande de l'acquitter. Non pas au bénéfice du doute mais parce qu'il n'a rien fait. Je veux qu'on lise que ce garçon est innocent". Le moment est fort, l'ambiance électrique. Les avocats de la défense se retirent dans la salle des témoins. Quelques minutes plus tard, les voilà face à la cour. Unis et solennels, ils renoncent à plaider, exactement comme en 2005 au procès en appel à Paris. Me Delarue lit une lettre griffonnée dans l'émotion : "Daniel Legrand doit pouvoir, comme tous les autres acquittés, se promener la tête haute. Il n'y a pas d'autre vérité".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/