2 min de lecture 1er mai

Policiers blessés pendant la manifestation : le préfet de Paris dénonce un "acte barbare"

INVITÉ RTL - Le nouveau préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a donné des nouvelles des deux policiers les plus gravement blessés lors de la manifestation parisienne du 1er mai. 4 individus ont pu être interpellés.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Policiers blessés pendant la manifestation : le préfet de Paris dénonce un "acte barbare" Crédit Image : Christophe ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Léa Stassinet

"L'image est effrayante". Le nouveau préfet de police de Paris a été choqué par la photo d'un fonctionnaire de police en flammes, lundi 1er mai, en marge de la manifestation parisienne, qui a dégénéré. "C'est un acte criminel, un acte barbare, ni plus ni moins qu'un acte délibéré", poursuit Michel Delpuech. En tout, 6 policiers ont été blessés, dont deux, un homme et une femme plus sévèrement. "Ils ont été pris en charge par un établissement hospitalier", rapporte le préfet de Paris. S'il est trop tôt pour avoir un diagnostic définitif, "leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés", rassure-t-il. 

"Celles ou ceux qui se sont livrés à cette agression l'ont fait avec une seule idée : attaquer les forces de l'ordre", fustige Michel Delpuech, qui estime le nombre de ces "casseurs professionnels" entre 100 et 150. "Bien entendu, les investigations vont se mettre en place, avec l'exploitation des images, l'intervention de la police technique et scientifique, pour que les auteurs de ce crime en réponde devant la justice", explique-t-il. 4 individus ont été interpellés sur place lundi 1er mai. "Les interpellations à chaud sont difficiles à faire parce qu'il faut bien cibler l'individu que l'on va interpeller", indique le préfet. 

Pour empêcher la reproduction de tels événements, Michel Delpuech veut donner deux orientations : la première revient à "exploiter tous les éléments d'image, pour essayer de monter le maximum de procédures judiciaires, et d'autre part d'essayer d'identifier avec les services de renseignements ces individus", précise-t-il. Cela a déjà été fait. Pour cette journée du 1er mai, le préfet de police de Paris avait pris un arrêté interdisant à 10 personnes de venir manifester. Ces derniers étaient assignés et devaient aller pointer au commissariat proche de leur domicile. "10 ce n'est pas assez", estime Michel Delpuech. "Il faut pouvoir en faire plus, c'est mon objectif. Et pour en faire plus, il faut les identifier, et je n'hésiterai pas à prendre ces mesures d'interdiction pour d'autres rendez-vous de ce type", assure-t-il. 

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
1er mai Policiers Violences
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants