1 min de lecture Justice

Policier municipal assassiné dans les Yvelines en 2007 : un suspect écroué

Un suspect vient d'être mis en examen et écroué dans l'énigmatique affaire de l'assassinat du patron de la police municipale de Chambourcy (Yvelines), retrouvé poignardé chez lui en 2007.

En 2007, le maire de Chambourcy était assasiné à coups de couteau.
En 2007, le maire de Chambourcy était assasiné à coups de couteau. Crédit : Wikipedia Creative Commons
benoit
Benoît Collet et AFP

Un homme de 37 ans a été interpellé le 17 avril dernier pour le meurtre du patron de la police municipale de Chambourcy, une commune cossue des Yvelines. Il a été placé en détention provisoire le 25 avril pour "assassinat" du fait d'"un faisceau d'indices graves et concordants" retenus contre lui.

Le 21 mars 2007 au soir, le policier avait été retrouvé lardé de 18 coups de couteau dans son pavillon, alors que sa femme assistait à une réunion politique. Aucun témoin, aucune trace d'effraction, une seule trace ADN retrouvée, mais qui ne mènera à rien.
Et, comme pour brouiller les pistes, le ou les tueurs laissaient une lettre farfelue signée Al-Qaïda, justifiant le meurtre par la présence française en Afghanistan.

L'homme interpellé le 17 avril, qui souffre de problèmes psychiatriques, est déjà connu des enquêteurs. Il apparaît dans le dossier dès 2010 comme l'auteur de lettres au contenu confus, adressées à la mairie de Chambourcy. Mais son ADN ne correspondait pas et rien ne permettait de le relier aux faits.

Mystérieux mobile

Il réapparait en 2012, à travers des e-mails anonymes en provenance du Portugal, mettant en cause la "communauté maghrébine de Chambourcy" dans des termes toujours aussi confus. L'homme n'a pour le moment rien avoué. 

À lire aussi
La ville de Marseille (illustration) crime
L'affaire du "sarcophage" : le meurtre effroyable Stéphanie Jusac à Marseille

Dans cette mystérieuse affaire, plusieurs personnes ont déjà été placées en garde à vue puis relâchées et des centaines de témoins entendus. Ces dernières années, la thèse d'un "crime de haine ou de vengeance" était privilégiée par la partie civile. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Assassinat Yvelines
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants