1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Parents accusés à tort de maltraitance infantile : la justice condamne les experts
1 min de lecture

Parents accusés à tort de maltraitance infantile : la justice condamne les experts

REPORTAGE - Sabrina et Yoan ont été accusés de maltraitance sur leur petite fille Louna, alors qu'elle souffrait d'une maladie orpheline héréditaire.

Louna et ses parents Sabrina et Yohan
Louna et ses parents Sabrina et Yohan
Crédit : Serge Pueyo
Parents accusés à tort de maltraitance infantile : la justice condamne les experts
01:32
Serge Pueyo

C'est la fin du cauchemar maintenant pour les parents de la petite Louna. Ils ont été accusés de maltraitance sur leur petite fille, alors qu'elle souffrait d'une maladie orpheline héréditaire. Les experts ne les ont pas écoutés. La justice vient de les condamner à 100.000 euros de dommages et intérêts pour les parents et 30.000 euros pour la fillette.

Les deux experts, des professeurs de médecine, avaient conclu que Louna, alors âgée de 3 mois avait été victimes de violences, alors que les traces de rougeurs, les œdèmes qu'elle avait sur le corps étaient en fait des symptômes de l'angioedème héréditaire (AOH), maladie orpheline dont souffrait sa mère Sabrina. "Ils ont quand même marqué dans leur rapport que Louna n'était absolument pas atteinte de ma maladie, mais c'était complètement faux car ils ne l'avaient même pas testée. Ils ont totalement fauté dans leur mission", démarre la mère de Louna.

"On a quand même été accusé de maltraitance pendant 3 ans et demi sur notre petite fille alors qu'elle était tout simplement malade. Elle nous a été retirée 3 ans et 8 mois", poursuit Sabrina. "On a été arrêté, on a été placé 48 heures en garde à vue. On nous a fait croire qu'on allait partir en détention provisoire. On a été sali, réduit en moins que rien", confie de son côté, Yoan, le père de Louna. 

"La faute est reconnue, c'est très important", poursuit Sabrina. Et si Yoan avait les deux experts face à lui, il leur dirait : "Réfléchissez aux conséquences de vos actes pour les personnes qui sont derrière". "Ce n'est pas les dommages et intérêts qu'ils vont nous verser qui changeront quelque chose. Le temps est irrécupérable", conclut Sabrina.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/