1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Orléans : comment l'attentat a-t-il été déjoué par la DGSI ?
1 min de lecture

Orléans : comment l'attentat a-t-il été déjoué par la DGSI ?

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Cinq semaines après les attaques du 13 novembre à Paris, deux Français s’apprêtaient à tuer des représentants de la force publique dans le Loiret. Déjà dans le viseur de la DGSI, ils ont été interpellés avant de passer à l’acte.

Bernard Cazeneuve, à Toulouse, le 22 décembre 2015.
Bernard Cazeneuve, à Toulouse, le 22 décembre 2015.
Crédit : REMY GABALDA / AFP
Orléans : comment l'attentat a-t-il été déjoué ?
02:39
Guillaume Chieze & La rédaction numérique de RTL

La France est une fois de plus dans le viseur des terroristes. Un attentat a été déjoué par les forces de l’ordre à Orléans. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a dévoilé cette information lors d’un discours, ce mardi 22 décembre, à l’hôtel de police de Toulouse.

Les deux hommes étaient déjà dans le viseur de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis le mois d’août 2015. Grâce à plusieurs renseignements les enquêteurs ont pu surveiller leurs mouvements de près. Des mouvements financiers, des messages qu’ils pouvaient envoyer à des contacts en Syrie. La DGSI a donc étoffé son dossier avant de les interpeller, il y a une semaine.

Un projet d'attentat "bien avancé"

La préparation de cette attaque était à un stade "bien avancé", selon les enquêteurs. Les deux suspects avaient réuni une importante somme d’argent. Suffisamment pour acheter plusieurs fusils d’assaut. Ils étaient également en contact avec un vendeur d’armes, mais pas encore en possession des kalachnikovs qu’ils attendaient pour passer à l’acte. Les deux Français avaient des cibles très précises : le commissariat d’Orléans, une caserne militaire et une gendarmerie de la région.

Les deux hommes interpellés ont 24 et 25 ans. Le premier était inconnu des services de police. Le second simplement connu pour des faits de droits communs. Ils viennent tous les deux de la région d’Orléans. Ils ont été interpellés les 15 et 16 décembre. Un troisième homme a également été placé en garde à vue, puis relâché. Selon les premiers éléments de l'enquête, ils étaient aussi en contact avec un Français installé en Syrie. Il s'agirait du commanditaire de cet attentat déjoué. Bernard Cazeneuve a rappelé que cette attaque déjouée est la dixième en France depuis 2013.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/