1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Oise : à peine sorti de prison, il est interpellé dans la foulée
1 min de lecture

Oise : à peine sorti de prison, il est interpellé dans la foulée

Le jeune homme a été arrêté sur le parking de la maison d'arrêt, après avoir proféré menaces de mort et insultes envers les forces de l'ordre et la juge d'application des peines.

Un couloir de prison (image d'illustration)
Un couloir de prison (image d'illustration)
Crédit : Cindy Hubert
Léa Stassinet

"J'ai juste eu le temps de découvrir de nouveaux téléphones, des voitures que je n'avais jamais vues". Cela faisait sept ans qu'Emerik purgeait sa peine pour des braquages, au centre pénitentiaire de Liancourt, dans l'Oise. Jeudi 13 avril, au moment de sa sortie, le jeune homme était en train de régler les dernières formalités lorsqu'il a dérapé, rapporte Le Parisien. Les gardiens lui indiquent alors qu'il sera tenu de se présenter prochainement devant un juge d'application des peines, en raison d'un sursis toujours en cours datant de 2012. Ce qu'il n'a pas supporté. 

Emerik s'emporte et insulte la juge d'application des peines, avant de proférer des menaces de mort contre les forces de l'ordre : "Si les policiers se pointent chez ma mère, je les fume". Il est alors interpellé sur le parking de la prison, sans résistance. "J'étais perdu et j'ai mal réagi quand ils m'ont dit que je devais encore voir une juge", a-t-il expliqué à son audience, vendredi 14 avril. 

"Je pensais que tout était terminé", poursuit-il, "Ça faisait sept ans que je vivais dans six mètres carrés, et là, on me dit que ça va continuer". Son avocate, Me Courtin a expliqué que le jeune homme de 26 ans n'avais "jamais eu de volonté de passage à l'acte", et qu'il "a vu une porte ouverte et a cru qu'on allait la refermer sur lui". Elle a plaidé  le "trouble émotionnel d'un homme qui pensait en avoir terminé avec la justice". Une défense qui a payé puisque l'accusé, pour lequel la procureur avait demandé 3 mois de prison avec mandat de dépôt, a finalement été condamné à 180 heures de travail d'intérêt général, et ne retournera pas derrière les barreaux. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/