1 min de lecture Mosquée

Nouvelle dégradation d'une mosquée à Poitiers

Un début d'incendie s'est déclaré dimanche soir sur le chantier d'une mosquée à Poitiers.

Des militants de Génération identitaire sur la Mosquée en construction de Poitiers (Archives).
Des militants de Génération identitaire sur la Mosquée en construction de Poitiers (Archives). Crédit : AFP / COR
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Un bref début d'incendie, probablement d'origine criminelle, est survenu dimanche 11 janvier au soir sur le site de la mosquée, en construction, de Poitiers, et un dispositif policier permanent a été mis en place par la préfecture pour assurer sa sécurité, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Le départ de feu, éteint avant l'arrivée des pompiers, a été signalé vers 21 heures par des riverains, en provenance du chantier déserté.

Il a touché "un gros carton contenant des matériaux d'isolation" entreposé dans la future salle de prière de la mosquée, a raconté à le le procureur de la République à Poitiers, Nicolas Jacquet. A leur arrivée, les pompiers ont constaté l'absence de flammes, le matériau étant ininflammable, a précisé la préfecture de la Vienne.

Un acte vraisemblablement d'origine criminelle

Selon la préfecture, d'après les premières constatations l'acte serait d'origine criminelle.

À lire aussi
justice
Attentats de janvier 2015 : les juges n'ont pas "cédé à la pression", selon Me Pugliese

"L'incendie ne peut pas avoir une origine spontanée" car aucune prise électrique ou dispositif susceptible d'avoir provoqué un feu n'était situé à proximité, a souligné Nicolas Jacquet. "On est nécessairement sur un incendie soit accidentel soit volontaire", a-t-il dit.

Etant donné le contexte actuel, "une enquête de flagrance a été ouverte pour dégradation volontaire par incendie". "Il faut être prudent, on ne peut pas totalement écarter l'hypothèse d'un feu accidentel", a affirmé le procureur, relevant qu'aucune inscription ou revendication n'avait été découverte sur place.

Deuxième acte en une semaine, la sécurité renforcée

Un dispositif policier permanent a été mis en place pour assurer la sécurité de cette mosquée. La préfète Christiane Barret s'est rendue sur place dimanche soir et a annoncé dans un communiqué ce lundi 12 janvier que "la surveillance dont faisait déjà l'objet la mosquée est renforcée immédiatement par la mise en place d'une garde statique de policiers".

La mosquée avait été visée jeudi 8 janvier par une inscription, "Mort aux Arabes", taguée sur le portail. Un homme de 38 ans, arrêté peu après, avait reconnu les faits. Ne revendiquant aucune appartenance politique ou religieuse, il avait présenté ses excuses, racontant avoir agi sous l'emprise de l'alcool, après avoir été "bouleversé" par l'attentat contre Charlie Hebdo.

Lire la suite
Mosquée Religions Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants