1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Nîmes : une enquête ouverte après un bizutage d'étudiantes en médecine
1 min de lecture

Nîmes : une enquête ouverte après un bizutage d'étudiantes en médecine

À Nîmes, plusieurs étudiantes en médecine ont subi un bizutage violent. Les jeunes femmes ont été victimes de propos injurieux et de comportements agressifs et humiliants, selon le procureur.

Procès de l'aînée du clan Clain à Paris
Procès de l'aînée du clan Clain à Paris
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Nicolas Barreiro

Une "tradition" qui continue à faire des victimes. Le mardi 3 septembre, une soirée d'intégration d'étudiants en médecine a viré en violent bizutage dans les rues de Nîmes. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nîmes jeudi, confiée au commissariat.

C'est devant le Palais de Justice de la ville que des jeunes étudiantes ont subi un bizutage à base de "simulacres d'actes sexuels, insultes à caractère sexiste et propos humiliants", a expliqué Éric Maurel, procureur de la République de Nîmes à France Bleu.

Un juge du tribunal de grande instance de Nîmes a même été témoin. Il a aperçu toute la scène depuis son bureau, il a donc rapidement appelé la police. Dans son rapport, relayé par Midi Libre, il parle de propos injurieux et de comportements agressifs et humiliants.

Les policiers sont intervenus près des Arènes de Nîmes pour secourir une jeune fille bizutée qui venait de faire un malaise, les auteurs sont toujours recherchés. Le procureur de la République rappelle sur Twitter les sanctions prévues pour de tels actes, soit "6 mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/