1 min de lecture Faits divers

Naufrage dans la Manche : "C'est très dur de vivre ça", dit la sœur de 2 victimes

RÉACTION - Selon la sœur de deux des trois victimes, celui qui a mis la bateau à l'eau leur a dit qu'il n'y avait "pas de danger", et "ceux qu'on a appelé" à l'aide "ne sont pas venus aussitôt qu'on les a appelés."

>
Naufrage dans la Manche : "C'est très dur de vivre ça", dit la sœur de 2 victimes Crédit Image : AFP / DENIS CHARLET | Crédit Média : RTL | Date :
fred veille
Frédéric Veille édité par Paul Turban

La sœur aînée de deux des trois victimes du chavirage dans la Manche réagit à l'accident qui endeuille sa famille. "C'est très dur de vivre ça, a-t-elle déclaré au micro de RTL. On voulait passer de bonnes vacances, et voilà, le drame." Selon elle, il y a eu défaut d'information de la part de celui qui a mis la famille à l'eau : "Il nous avait dit 'Oui, on peut y aller, il n'y a pas de danger', et puis si, il y a eu deux gros dangers". Mais pour la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), il n'y a pas eu défaut d'information, car il faut toujours vérifier la météo avant de partir en mer. 

La jeune fille, qui dit que ses parents lui ont raconté la scène, explique que "ceux qu'on a appelé à l'aide aux urgences (...) ne sont pas venus aussitôt qu'on les a appelés." La SNSM a pour sa part déclaré être intervenue au plus vite, étant arrivée moins de 10 minutes après le naufrage, mais n'avoir rien pu faire. Le père de famille qui conduisait le bateau a obtenu son permis récemment. "Il l'a depuis le mois de juin, le jour de l'anniversaire de la petite", a ajouté sa fille aînée.

Trois enfants ont perdu la vie ce lundi 12 juillet après le chavirage d'un bateau dans la Manche, près d'Agon-Coutainville. Le couple propriétaire du bateau et une amie ont pu être sauvés. Les propriétaires, ainsi que deux des enfants, étaient originaires d'Argentan dans l'Orne. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Manche Bateau
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants