1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Mort de Bastien : "En 30 ans, je n'avais jamais atteint ce niveau d'horreur", dit l'avocat général
2 min de lecture

Mort de Bastien : "En 30 ans, je n'avais jamais atteint ce niveau d'horreur", dit l'avocat général

L'avocat général a requis la réclusion criminelle à perpétuité contre le père de Bastien, mort dans un lave-linge en marche en 2011.

Les avocats de Charlène Cotte
Les avocats de Charlène Cotte
Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Réquisitoire procès de la mort de Bastien
00:01:29
Cindy Hubert & Ryad Ouslimani

En 2011, le petit Bastien trouvait la mort après avoir été mis dans une machine à laver par son père, avant que ce dernier ne la mette en marche. Une affaire qui passait devant la Cour d'Assises de Seine-et-Marne ce vendredi 11 septembre. Christophe Champenois et Charlène Cotte, les parents, ont vu l'avocat général requérir respectivement la réclusion criminelle à perpétuité et 5 ans d'emprisonnement, au cours d'un réquisitoire rapide, direct et sans détour

"J'ai des centaines de procès d'assises derrière moi, croyez-moi j'en ai vu des affaires de tortures, des affaires de barbarie, a-t-il commencé en montrant ses cheveux blancs. Mais en 30 ans, je n'avais jamais atteint ce niveau d'horreur". 

Elle aurait pu crier au secours mais elle n'a rien fait

Éric de Valorger

En s'adressant aux jurés, Éric de Valroger tentait de faire imaginer la scène d'horreur. "Il faut imaginer Bastien dans le tambour, le noir, les secousses. Ces 5 minutes où il était encore en vie, décrit-il. Rappelez-vous qu'il a eu le temps de supplier". Et pour ceux qui se demanderaient pourquoi les services sociaux ne sont pas intervenus, l'avocat général ne laisse pas de place au doute. "Ne nous trompons pas de cible, ceci n'est pas le procès des services sociaux, si Bastien est mort c'est parce que son père l'a tué, c'est parce que sa mère n'a pas su le protéger", a insisté Éric de Valorger. 

La mère justement est la cible d'une attaque sans retenue. "Je ne crois absolument pas à l'intervention de Charlène Cotte, elle ne s'est pas interposée, martèle-t-il. C'est une femme battue, une mère indigne. Elle aurait pu se battre comme une tigresse, elle aurait pu crier au secours mais elle n'a rien fait". Allant même jusqu'à dire : "Si je devais juger selon mes principes moraux, Charlène Cotte, je l'enverrais à l’échafaud. Mais vous êtes ici pour faire du droit".

À lire aussi

Sans concession ni pitié envers ceux qu'ils considèrent comme des tortionnaires, l'avocat général a demandé 5 ans de prison à l'encontre de Charlène Cotte pour violences volontaires et une réclusion à perpétuité pour Christophe Champenois, assortis d'une période de sûreté de 30 ans. Soit le maximum possible en France. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire