1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Moha La Squale : le rappeur mis en examen pour agression sexuelle et violences
1 min de lecture

Moha La Squale : le rappeur mis en examen pour agression sexuelle et violences

Le rappeur Moha La Squale a été mis en examen pour "agression sexuelle" et "violences" par conjoint ainsi que pour "séquestration" suite aux accusations de plusieurs femmes, mercredi 16 juin.

Un brassard de police. (Illustration)
Un brassard de police. (Illustration)
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon
Journaliste

Le rappeur Moha La Squale a été mis en examen, mercredi 16 juin, pour "agression sexuelle" et "violences" par conjoint ainsi que pour "séquestration". Selon une source judiciaire, confirmant une information du Monde, cette mise en examen fait suite aux accusations de plusieurs femmes.

Moha La Squale, 26 ans, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, fait l'objet d'une enquête préliminaire depuis septembre. Selon les informations du Monde, il a été placé en garde à vue lundi 14 juin. Selon une source proche du dossier, au moins une confrontation a été organisée avec l'une des plaignantes pendant sa garde à vue. Le rappeur a été présenté à un magistrat dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris, mercredi 16 juin.

Selon la source judiciaire, "il a été mis en examen notamment des chefs de violences par conjoint, agression sexuelle par conjoint, menaces de mort par conjoint et séquestrations sur différences victimes", et il a été placé sous contrôle judiciaire.

Le rappeur a fait l'objet de six plaintes

Selon une source proche du dossier, l'artiste de 26 ans a fait l'objet de six plaintes pour la plupart révélées en septembre 2020. Les trois premières plaignantes ont été présentées comme d'anciennes compagnes du rappeur parisien. Elles sont âgées de 23 à 28 ans. Une quatrième femme avait porté plainte le 11 septembre et une cinquième le 22 septembre dernier.

À lire aussi

En avril dernier, Moha La Squale avait été condamné à six mois de détention à domicile sous surveillance électronique dans un autre dossier, pour refus d'obtempérer, outrage et rébellion lors d'un contrôle de police agité l'année dernière à Paris.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/