3 min de lecture Justice

Meurtre de Sophie Lionnet : comment les accusés n'ont cessé de se renvoyer la balle

Le procès de Sabrina Kouider et Ouissem Medouni, suspectés du meurtre de leur jeune fille au pair en septembre dernier à Londres, touche à sa fin. Les accusés ne cessent de se rejeter la faute.

Des policiers devant la maison où le corps de Sophie Lionnet a été retrouvé, le 22 septembre à Londres
Des policiers devant la maison où le corps de Sophie Lionnet a été retrouvé, le 22 septembre à Londres Crédit : Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

La cour criminelle Old Bailey à Londres va devoir prendre position. Huit mois après le meurtre de Sophie Lionnet, une jeune fille au pair basée à Londres, Sabrina Kouider et Ouissem Medouni, les deux employeurs, demeurent les principaux suspects.

Les deux Français, âgés respectivement de 40 et 35 ans, ont été placés en détention depuis que la police britannique a découvert le cadavre de la jeune fille. Les autorités avaient été alertées par des voisins, intrigués par une épaisse fumée en provenance de l'habitation du couple, située dans le quartier de Southfields, dans le sud-ouest londonien.


Le corps carbonisé avait été retrouvé par les pompiers, le 20 septembre, dans le jardin du couple. Il présentait de multiples fractures au sternum, aux côtes et à la mâchoire mais en raison des brûlures, la cause exacte de la mort n'a pas pu être déterminée

À lire aussi
MHD, le rappeur français a été mis en examen justice
Rixe mortelle : le rappeur MHD présenté à un juge d'instruction

Des accusations mutuelles

Et depuis le début du procès, le 19 mars dernier, le couple ne cesse de se renvoyer la balle. Les deux employeurs s'accusent mutuellement d'être responsables de la mort de Sophie Lionnet, alors âgée de 21 ans.

Ouissem Medouni, entendu le premier par la cour, a affirmé être allé dormir dans la nuit du 18 au 19 septembre 2017 avant la fin de l'interrogatoire, puis avoir été réveillé par sa compagne, qui lui aurait montré la victime inanimée dans la salle de bains. Les rôles sont évidemment inversés dans la version de Sabrina Kouider, qui assure s'être "endormie" peu avant la mort de la jeune fille avant d'être alertée par son compagnon.

Protéger sa famille

Les voix s'accordent en revanche pour évoquer une potentielle affaire de complot. Ouissem Medouni et sa compagne Sabrina Kouider étaient persuadés que Sophie Lionnet avaient comploté avec l'ex-compagnon de la jeune femme, père d'un de ses deux garçons, pour droguer et abuser sexuellement de la famille. Face à ces rumeurs, le couple a alors voulu connaître la vérité. Et ce, à tout prix. 

Ils se sont alors livrés à des interrogatoires particulièrement musclés. Ces "face à face" avaient pour but de faire avouer la jeune fille, qui travaillait au service du couple depuis plus de vingt mois. "J'étais parfois insistant. Parfois les mots que j'ai utilisés étaient horribles et je le regrette. J'étais vraiment en colère. Je voulais savoir la vérité", a notamment déclaré l'accusé, dont l'audition a commencé il y a plus d'une semaine.

Des propos qui font écho à ceux tenus par sa compagne lors de son audition. "J'étais comme un zombie. Je n’étais plus moi-même, j’étais effrayée, je ne dormais plus. Je ne dis pas que c’est normal, ce n’est pas bien, mais elle mentait continuellement", a-t-elle déclaré devant la cour.

Faire croire à un accident

S'ils reconnaissent tous deux certaines pressions, mais aussi certaines violences, aucune révélation n'a eu lieu concernant le meurtre de la jeune fille au pair. Par ailleurs, l'accusation a estimé que les deux Français s'étaient concertés pour faire croire à un accident. "Non, ce n'est pas vrai", a rétorqué Sabrina Kouider. Avant d'ajouter : "Je n'ai jamais dit qu'elle est morte accidentellement, c'est lui qui m'a dit que c'était un accident", a-t-elle corrigé en faisant référence à son compagnon.  

Les deux accusés plaident non coupable pour le chef d'accusation de meurtre. Ils ont en revanche plaidé coupable d'entrave à la justice pour avoir tenté de se "débarrasser" du corps "en le brûlant". Leur procès a débuté le 19 mars et doit se poursuivre jusqu'à la semaine prochaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Londres Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793323140
Meurtre de Sophie Lionnet : comment les accusés n'ont cessé de se renvoyer la balle
Meurtre de Sophie Lionnet : comment les accusés n'ont cessé de se renvoyer la balle
Le procès de Sabrina Kouider et Ouissem Medouni, suspectés du meurtre de leur jeune fille au pair en septembre dernier à Londres, touche à sa fin. Les accusés ne cessent de se rejeter la faute.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/meurtre-de-sophie-lionnet-sabrina-kouider-ouissem-medouni-londres-7793323140
2018-05-10 10:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/SR5JFBpvFjrcmVjTROnV_A/330v220-2/online/image/2017/0927/7790244421_des-policiers-devant-la-maison-ou-le-corps-de-sophie-lionnet-a-ete-retrouve-le-22-septembre-a-londres.jpg