2 min de lecture Justice

Lepage porte plainte contre François Bayrou pour "dénonciation calomnieuse"

En marge de l'affaire des assistants d'eurodéputés MoDem, l'ex-ministre de l'Environnement, Corinne Lepage, a décidé de porter plainte contre François Bayrou pour "dénonciation calomnieuse".

L'ancienne ministre de l'Écologie Corinne Lepage, le 7 mars 2016 à Genève
L'ancienne ministre de l'Écologie Corinne Lepage, le 7 mars 2016 à Genève Crédit : AFP / Archives, FABRICE COFFRINI
Venantia
Venantia Petillault et AFP

Ce n'est pas la première fois qu'une dispute éclate entre le président du MoDem, François Bayrou et Corinne Lepage. L'ancienne ministre considère avoir été injustement mise en cause devant la police dans le cadre de l'enquête sur les assistants parlementaires du MoDem. Elle porte plainte contre François Bayrou pour "dénonciation calomnieuse".

Joint par l'AFP, l'entourage de François Bayrou dénonce "un coup de communication médiatique" et une plainte non-fondée, les propos dénoncés par Corinne Lepage ayant été tenus confidentiellement devant les enquêteurs dans le cadre des droits de la défense.

Le conflit personnel entre ces deux politiciens et anciens alliés est au cœur de l'affaire des assistants d'eurodéputés du MoDem, qui vaut à François Bayrou d'avoir été mis en examen début décembre à Paris pour "complicité de détournement de fonds publics".

Accusée à son tour d'"escroquerie"

Entendu en septembre par la police sur cette affaire d'assistants, le président du MoDem a accusé Corinne Lepage d'avoir tenté d'"escroquer" les maires des communes bretonnes touchées par la marée noire de l'Amoco Cadiz en 1978.

À lire aussi
Un casting de l'agence Elite (Illustration) justice
Gérald Marie, ex-figure de l'agence Elite, visé par une enquête pour viols sur mineures

Or "des décisions de justice montrent le contraire. Il m'impute des faits calomnieux alors que je suis une femme d'une totale probité", réplique Mme Lepage.

Aucune procédure pénale pour escroquerie n'a eu lieu, mais au civil, la cour d'appel de Versailles a toutefois ordonné en 1996 à Corinne Lepage, de restituer 4,8 millions de francs d'honoraires aux communes bretonnes.

Ex-eurodéputée en rupture avec le MoDem, Corinne Lepage avait affirmé dans un livre en 2014 que le parti avait "exigé" d'elle de mettre un de ses assistants parlementaires européens à disposition du parti centriste, ce qu'elle avait refusé et ce que le MoDem dément.

Témoin clé de l'accusation dans cette affaire, elle a réitéré ces propos en juin 2017 et juin 2019 devant les enquêteurs, toujours à la recherche du document qu'elle assure avoir refusé de signer.

Pour la défense du MoDem, le seul engagement pris par Corinne Lepage, et respecté pendant deux ans jusqu'à leur rupture, était celui de contribuer à la dotation de la délégation française du parti centriste européen, l'ALDE.

Interrogé en septembre sur leurs versions contradictoires, François Bayrou a mis en avant leur conflit personnel, évoquant notamment le contentieux d'honoraires qui était né entre l'avocate et des maires bretons proches de lui.

Plusieurs membres du MoDem interrogés par les enquêteurs ont expliqué que ce contentieux avait contrecarré le souhait de Corinne Lepage de se présenter dans l'Ouest aux élections Européennes de 2009. Elle avait finalement été candidate et élue dans les circonscriptions du Nord.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Corinne Lepage François BAYROU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants