2 min de lecture Sport

Le sport : meilleur antidépresseur contre le cancer

REPLAY – Pour beaucoup de femmes qui ont dû faire face au cancer, le sport est un moyen de reprendre goût à la vie. L'activité physique peut même agir comme un antidépresseur.

Stephane Carpentier RTL Evenement Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Le sport : meilleur antidépresseur contre le cancer Crédit Média : Isabelle Lange | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Langé
Isabelle Lange et La rédaction numérique de RTL

Des femmes ont dû faire face à la maladie. Elles s'en sont notamment sorties grâce au sport. Catherine a perdu sa mère d'un cancer de la peau et sa sœur d'un cancer du sein. Fin 2009 quand elle apprend qu'elle aussi va devoir se battre, la jeune femme s'accroche. Opération, chimio puis vient le temps de la reconstruction. Avant la maladie, Catherine avait pris goût à la course à pied. Elle décide de rechausser les baskets.

Courir le marathon de Paris

"Le sport a été un moyen de réinvestir mon corps et de ressentir la vie et la force qui s'écoulaient dans mes veines. C'est irremplaçable", raconte-t-elle. Pour Catherine, le sport a été le meilleur des antidépresseurs et pour ses 40 ans, elle s'est fixée un défi : courir le marathon de Paris.

Je me suis entraînée, tout seule, pendant trois mois et j'ai couru mon marathon en avril 2012

Catherine
Partager la citation

"Je me suis entraînée, tout seule, pendant trois mois et j'ai couru mon marathon en avril 2012. Je l'ai fait en 4 heures. Cela m'a dopée", précise-t-elle. Ça a été pour elle aussi une formidable aventure humaine. Son mari lui a fait la surprise de prendre un dossard pour l'accompagner sur les premiers kilomètres, des copines, Marie-Pierre et Véronique ont ensuite pris le relais dans le bois de Vincennes.

Un syndrome d'abandon

Se sentir entourée, soutenue, ce n'est pas seulement pendant le traitement, la maladie, c'est aussi après que c'est important. L'oncologue Claude Boiron parle de période fragilisante, de syndrome d'abandon. Elle explique que les femmes se sont battues pendant des mois mais qu'elles n'avaient pas perçu les difficultés qui peuvent émerger de l'après-traitement avec la fatigue et les effets secondaires de la chimio. Il leur faut aussi comme le disait Catherine "se réapproprier leur corps".

Une femme sur deux prend du poids au cours du traitement d'un cancer du sein

laude Boiron, responsable du programme Activ'
Partager la citation
À lire aussi
Une femme court au parc des Tuileries, à Paris (illustration) coronavirus
Couvre-feu : sera-t-il autorisé de faire son jogging ente 21h et 6h ?

C'est l'objectif notamment du programme Activ' mis en place à l'institut Curie à Paris. Il allie sport et diététique et est réservé aux femmes après un cancer du sein. Il est essentiel pour le médecin soin de support, Claude Boiron, l'une des responsables. "Une femme sur deux prend du poids au cours du traitement d'un cancer du sein. Allier l'exercice physique et une hygiène de vie permet aux femmes de ne pas prendre de poids", explique-t-elle.

Il faut savoir que des études ont démontré que la pratique du sport diminue les risques de récidives de 20 à 25%. Des chiffres qui pourraient à l'avenir convaincre l'État ou les ministères concernés de s'investir dans de tels programmes qui ne sont, pour le moment, toujours pas pris en charge par la sécurité sociale ou les mutuelles.

RTL vous recommande
Lire la suite
Sport Maladie Cancer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants